Rechercher
Generic filters

CFA de l’UTC, un avenir se dessine

L’UTC lance son pro­pre CFA pour la ren­trée prochaine. Objec­tif : répon­dre à la demande des entre­pris­es et inten­si­fi­er la for­ma­tion par appren­tis­sage. Cela passe déjà par le dou­ble­ment des effec­tifs en génie infor­ma­tique et mécanique. 

Les effec­tifs en génie infor­ma­tique et mécanique par la voie de l’apprentissage passent de 24 à 48 étu­di­ants. Des pro­mo­tions plus étof­fées qui répon­dent à un réel engoue­ment du diplôme d’ingénieur par appren­tis­sage. « Nous comp­tons égale­ment pro­pos­er à toutes les for­ma­tions de l’UTC qui souhait­ent être accom­pa­g­nées vers des for­ma­tions via l’apprentissage de s’appuyer sur le CFA interne à l’UTC. À l’instar de ce qui a été fait par l’équipe du mas­ter Ingénierie de la san­té et ses deux par­cours qui sont pro­posés par appren­tis­sage depuis la ren­trée 2021 », dévoile Dany-Lau­re Lav­il­lette, direc­trice du CFA en charge du pôle for­ma­tion et entre­pris­es à l’UTC.

En infor­ma­tique, deux par­cours péd­a­gogiques sont déjà pro­posés. Le pre­mier en ingénierie logi­cielle et le sec­ond en infra­struc­tures et ingénierie de l’interaction et des connaissances. 

En mécanique, l’apprenti a le choix entre les par­cours con­cep­tion ou indus­tri­al­i­sa­tion. « Le CFA est le socle pour assur­er cette aug­men­ta­tion des effec­tifs avec déjà près de deux cent cinquante appren­tis répar­tis sur les trois années de for­ma­tion dès la ren­trée prochaine, reprend Dany-Lau­re Lavillette. 

De quoi opti­miser l’organisation admin­is­tra­tive et finan­cière de cette voie d’enseignement de plus en plus plébisc­itée. Le CFA sera opéra­tionnel à par­tir du mois de mai. C’est un ser­vice de l’UTC à part entière. » 

Un diplôme de même valeur

Le con­tenu, l’organisation et la struc­ture de l’enseignement conçu à l’UTC visent à don­ner aux étu­di­ants ingénieurs, en plus des com­pé­tences sci­en­tifiques et tech­niques, des com­pé­tences pro­fes­sion­nelles par­ti­c­ulière­ment impor­tantes pour les entre­pris­es. L’apprentissage s’inscrit dans cette con­ti­nu­ité. « Nous avons depuis longtemps fait ce choix de don­ner à nos diplômes par appren­tis­sage la même exi­gence, les mêmes objec­tifs péd­a­gogiques et les mêmes com­pé­tences que pour ceux sous statut étu­di­ant. Nos critères de recrute­ment sont les mêmes. Les futurs appren­tis aus­si doivent avoir d’excellents dossiers », assure Éti­enne Arnoult, directeur à la for­ma­tion et à la péd­a­gogie à l’UTC.

Ain­si, le diplôme obtenu par l’apprenti à la fin de la for­ma­tion est le même pour tous les étu­di­ants de l’UTC. « Nous étions déjà pio­nniers en la matière en ouvrant ces fil­ières mécanique et infor­ma­tique à l’apprentissage dans les années 2000, ajoutet- il. De plus, l’alternance plaît beau­coup aux entre­pris­es. Le CFA est une brique vers encore plus de prox­im­ité avec ces entre­pris­es en demande de jeunes for­més à leurs ADN pro­pres. Je suis égale­ment enseignant en mécanique et j’observe que les appren­tis dévelop­pent une com­préhen­sion de l’entreprise et de ses enjeux plus rapi­de et plus fine. Ils sont plus en mesure de prévoir ce qu’elle sera demain. » 

PORTRAITS !

Bruno Da Sil­va, directeur asso­cié de Leanovia — Con­sul­tant Archi­tec­ture et Per­for­mance du SI 

« Je suis maître d’apprentissage depuis plusieurs années. Je prends des appren­tis issus de l’UTC dont je suis moi-même diplômé. Je tenais à ren­dre ce que j’ai reçu en tant qu’apprenti. Chaque année, nous en accom­pa­gnons plusieurs et nous les suiv­ons que cela soit au bureau ou en clien­tèle. Tous sont recrutés en CDI par la suite. Je suis très sat­is­fait d’eux. Dans notre secteur d’activité, la par­tie per­for­mance du SI ne s’apprend pas trop à l’école. Il faut donc le temps de for­mer nos col­lab­o­ra­teurs sur ces aspects bien spé­ci­fiques sur deux à trois ans. L’apprentissage est la for­mule idéale selon moi. Les ingénieurs appren­tis sont effi­caces, ils ont de bons réflex­es et ont cette prise de recul sur l’école qui leur donne beau­coup de matu­rité. De quoi répon­dre au mieux à nos clients exigeants dans les secteurs var­iés de la banque, de l’assurance, des ser­vices de l’État ou encore de l’ecommerce. »

Meh­di Serairi, enseignant-chercheur — respon­s­able génie informatique 

« J’enseigne depuis huit ans auprès des appren­tis de l’UTC. Le rythme de l’alternance est une par­tic­u­lar­ité essen­tielle dans cet enseigne­ment dont il faut tenir compte. L’alternance s’organise par l’enchaînement des séquences de l’ordre de six semaines. La pre­mière séquence se fait à l’UTC puis les étu­di­ants par­tent en entre­prise avant de revenir à l’UTC et ain­si de suite. À leur retour de la séquence entre­prise, ils souhait­ent en général rester sur des cas de ter­rain afin de mieux appréhen­der les con­nais­sances sci­en­tifiques enseignées. Les méth­odes péd­a­gogiques mis­es en oeu­vre par les enseignants tien­nent compte de cette par­tic­u­lar­ité. La péd­a­gogie induc­tive est ain­si plébisc­itée. Rap­pelons qu’à l’UTC nous for­mons des ingénieurs infor­mati­ciens général­istes, ils sont ain­si com­pé­tents pour inter­venir dans dif­férents domaines de l’ingénierie du numérique tels que l’intelligence arti­fi­cielle, la sci­ence des don­nées, les réseaux, la cyber­sécu­rité, la robo­t­ique, l’optimisation. L’alternance avec le parte­nar­i­at d’une entre­prise per­met en plus du diplôme d’ingénieur d’être for­mé à un méti­er spé­ci­fique des sci­ences informatiques. » 

Chris­tine Suard, Cam­pus Man­ag­er Groupe chez Safran 

« Safran sou­tient l’apprentissage à tous les niveaux. Depuis plusieurs années, l’alternance est un vecteur impor­tant de l’ac­cueil des jeunes. Con­cer­nant les appren­tis de l’UTC, nous favorisons majori­taire­ment les jeunes issus des for­ma­tions en génie mécanique et génie infor­ma­tique. Une par­tie des appren­tis con­tin­u­ent leur par­cours, d’autres sont embauchés à la suite de leur cur­sus ou revi­en­nent après quelques années d’expérience. Chez Safran, nous appré­cions par­ti­c­ulière­ment de pou­voir for­mer un jeune sur u n e péri­ode de 3 ans, avec une présence tout au long de l’année sco­laire. Nous accueil­lons chaque année plus de 2 300 alter­nants dans les dif­férents sites Safran en France. C’est une for­ma­tion ter­rain d’excellence ! »

Le magazine

linkedin facebook pinterest youtube rss twitter instagram facebook-blank rss-blank linkedin-blank pinterest youtube twitter instagram