Rechercher
Generic filters

POLARIS : la tête dans les étoiles

« Fais de ta vie un rêve, et d’un rêve une réal­ité ». Ces mots d’Antoine de Saint Exupéry, Vin­cent Mar­tin les a faits siens. Pas­sion­né depuis tou­jours par l’espace, cet étu­di­ant en 5e année en génie infor­ma­tique s’est lancé dans un pro­jet fou : con­cevoir et faire vol­er une fusée équipée d’un moteur hybride ! Ren­con­tre avec ce futur ingénieur qui a la tête dans les étoiles, mais les pieds bien sur terre.

Comment vous est venu cette idée de concevoir une fusée équipée d’un moteur hybride ?

Je suis pas­sion­né par l’e­space depuis tou­jours, alors, durant le print­emps 2019, j’ai rédigé un mémoire bib­li­ographique sur la fais­abil­ité pour des étu­di­ants de con­cevoir un moteur de fusée hybride. Ce type de moteur est plus sim­ple et beau­coup moins dan­gereux à manip­uler qu’un moteur clas­sique, mais il reste très intéres­sant à étudi­er pour des étu­di­ants ingénieurs. J’ai con­clu dans mon tra­vail qu’il était tout a fait pos­si­ble de se lancer à l’UTC dans un tel pro­jet. A l’au­tomne 2019, je suis par­ti en stage, mais à mon retour à l’UTC, en févri­er 2020, nous avons lancé le pro­jet “UTC Rock­et Propul­sion Lab­o­ra­to­ry” avec patrice Simard. L’ob­jec­tif de ce pro­jet est de con­cevoir et de lancer entre 20 et 30 Km d’alti­tude une fusée propul­sée par un moteur hybride de 10KN de poussée, moteur égale­ment conçu par des étu­di­ants de l’UTC.

Où en est le projet aujourd’hui ?

Aujour­d’hui nous sommes une quin­zaine d’é­tu­di­ants, de dif­férentes spé­cial­ités de l’UTC (génie infor­ma­tique, ingénierie mécanique, génie des procédés, tronc com­mun…), répar­tis en dif­férentes équipes pour tra­vailler plus effi­cace­ment. Il y a l’équipe Ingénierie mécanique et design, l’équipe lance­ment et atter­ris­sage, l’équipe avion­iques et sys­tèmes, l’équipe sim­u­la­tion des flu­ides mul­ti­physiques, etc. Ce semes­tre, nous com­mençons vrai­ment à touch­er au con­cret : nous avons par exem­ple effec­tué avec suc­cès un pre­mier test de para­chute, en jetant une masse de deux kilos depuis le troisième étage d’un bâti­ment. Un prochain test de para­chute est prévu prochaine­ment, et cette fois-ci une masse un peu plus lourde sera lancée du haut de Ben­jamin Franklin. De son côté, l’équipe infor­ma­tique a fait imprimer et livr­er un PCB (print­ed cir­cuit board : carte avec cir­cuit imprimé) pour réalis­er l’or­di­na­teur de bord, et ils ont égale­ment com­mandé une antenne. Il y a encore beau­coup de prob­lèmes à résoudre donc beau­coup de tra­vail, mais ce pro­jet sus­cite énor­mé­ment d’en­t­hou­si­asme de la part des étu­di­ants impliqués.

Au programme

  • Print­emps 2021 : réal­i­sa­tion d’un pro­to­type d’1KN, mise à feu statique
  • Automne 2021 : réal­i­sa­tion d’un pro­to­type de 5KN, opti­mi­sa­tion du design moteur, 1er lancement
  • Print­emps 2022 : val­i­da­tion du design défini­tif de la fusée Polaris (10KN), réal­i­sa­tion du moteur et du lanceur, mise à feu statique
  • Automne 2022 : lance­ment de la fusée à 20km d’altitude

Le magazine

linkedin facebook pinterest youtube rss twitter instagram facebook-blank rss-blank linkedin-blank pinterest youtube twitter instagram