Rechercher
Generic filters

UTSEUS, « Une expérience hors norme »

Fin octo­bre, Dong­han Jin, prési­dent de l’université de Shang­hai en Chine était à l’UTC pour par­ticiper au lance­ment d’un nou­veau pro­gramme en mas­ter recon­nu en Chine et en France. L’oc­ca­sion de ren­forcer UTseuS, la coopéra­tion uni­ver­si­taire sino-française ini­tiée en 2005.

UTseuS est le pro­gramme fran­co-chi­nois de for­ma­tion d’ingénieurs, un parte­nar­i­at fort tis­sé depuis plus de dix ans. Créé par le réseau des uni­ver­sités de tech­nolo­gie français­es et l’u­ni­ver­sité de Shang­hai, ce parte­nar­i­at est tout autant précurseur et unique dans les domaines de la for­ma­tion et de la recherche. L’u­ni­ver­sité de tech­nolo­gie Sino-Européenne de l’u­ni­ver­sité de Shang­hai (UTseuS) forme ain­si chaque année plus de 1200 étu­di­ants chi­nois, français et européens dans un cadre inter­na­tion­al et multiculturel. 

Par­mi eux, Yuan Zhuang, 22 ans en qua­trième année de génie mécanique.« J’ai trou­vé cela facile d’in­té­gr­er des études en français, car nous avions déjà beau­coup de base en français. Mes débuts à l’UTC se sont très bien passés.Je suis actuelle­ment en stage chez Fau­ré­cia à Méru. Après mes études, je compte rester en France et trou­ver un emploi près de Paris », envis­age avec déter­mi­na­tion la future ingénieure qui avec d’autres étu­di­antes de la fil­ière ingénierie du design indus­triel (IDI) du départe­ment d’ingénierie mécanique (IM) de l’UTC, vien­nent de rem­porter le con­cours James Dyson Award 2018 grâce à leur con­cept de poubelle intel­li­gente, Bing Bin. Les étu­di­ants devi­en­nent ain­si de pres­tigieux ambas­sadeurs de cette coopération. 

Les thèmes de recherche com­muns entre les étab­lisse­ments sont nom­breux : sys­tèmes urbains, trans­ports intel­li­gents, développe­ment durable… Autant de prob­lé­ma­tiques proches d’une thé­ma­tique plus large, celle de la ville et de l’urbain, qui est traitée au sein de Com­plex­Ci­ty, pre­mier lab­o­ra­toire dédié à la ville intel­li­gente, qui asso­cie des chercheurs chi­nois et européens. 

« Non seule­ment il faut élargir la col­lab­o­ra­tion pour ce pro­gramme, mais il faut surtout l’ap­pro­fondir, reprend Philippe Courtier, directeur de l’UTC. Val­oris­er les savoir-faire afin d’être plus que jamais au ser­vice des grandes entre­pris­es français­es dans le monde. » 

Un partenariat fort aux bénéfices réciproques 

Avec 250 étu­di­ants chi­nois présents à Com­piègne en 2018, l’UTC con­forte son statut d’école portée sur l’international. 60% des étu­di­ants chi­nois, après 3 ans à Shang­hai, séjour­nent ain­si en France pour un cycle ingénieur ou mas­ter. Par­mi eux, 52% obti­en­nent un diplôme français d’ingénieurs et 8% un diplôme de mas­ter UT. Tous obti­en­nent le diplôme de licence (bach­e­lor) de l’université de Shang­hai. Récipro­que­ment, près de 140 étu­di­ants des uni­ver­sités de tech­nolo­gie se sont ren­dus à Shang­hai durant l’année académique 2017–2018.

« L’UTC est une école très inter­na­tionale. Moi j’ai pu effectuer mon pre­mier stage à Berlin. J’ai pu décou­vrir la beauté de la recherche. Certes, la recherche fon­da­men­tale ce n’est pas vrai­ment le des­tin de l’ingénieur. Mais j’ai pu décou­vrir d’autres cul­tures. J’au­rai peut-être un futur pro­fes­sion­nel à Shang­hai », con­fie Tuya Zheng, 25 ans, future diplômée en génie biologique. L’UTseuS per­met en effet, grâce aux nom­breuses pos­si­bil­ités de mobil­ité, de for­mer des ingénieurs chi­nois aux besoins des entre­pris­es français­es qui s’exportent en Chine et de for­mer des ingénieurs français à devenir com­pé­tents sur le marché du tra­vail chi­nois, tout en acquérant de nou­velles méth­odes de tra­vail et en ajoutant une forte dimen­sion inter­na­tionale à leur carrière. 

Pour Dong­han Jin, prési­dent de l’université de Shang­hai, UTseuS est le ter­reau fer­tile de com­pé­tences partagées. « Au final, ces étu­di­ants vivent une expéri­ence hors norme fondée sur le développe­ment d’une puis­sante interculturalité. » 


Visites estivales de l’UTseus : l’utile et L’agréable

Courant juil­let dernier, 40 étu­di­ants chi­nois ont pu prof­iter d’un voy­age mix­ant décou­verte de la cul­ture française et vis­ites de grandes d’en­tre­pris­es picardes. Une pre­mière réus­site pour le réseau UTseuS qui a d’ores et déjà prévu de renou­vel­er l’expérience l’été prochain en dou­blant le nom­bre de par­tic­i­pants issus de l’UTC, de l’UTT et de l’UTBM. « Les objec­tifs sont nom­breux : motiv­er les étu­di­ants, amélior­er leur niveau de français et leur faire décou­vrir la cul­ture de ce beau pays », résume Baox­ia Chen, chargée de la mobil­ité des étu­di­ants étrangers. Tous ont donc pu aller à la ren­con­tre des dirigeants et des équipes de Poclain Hydraulics à Ver­berie, leader mon­di­al des trans­mis­sions hydro­sta­tiques, ou encore du cen­tre de pro­duc­tion de tracteurs, AGCO de Beauvais.

Le magazine

linkedin facebook pinterest youtube rss twitter instagram facebook-blank rss-blank linkedin-blank pinterest youtube twitter instagram