Rechercher
Generic filters

Des étudiants chez Tenneco pour l’avenir de la planète

Ten­neco est un équipemen­tier auto­mo­bile améri­cain instal­lé à Crépy-en-Val­ois depuis 1933. L’entreprise a accueil­li durant plusieurs mois un groupe d’étudiants de l’UTC qui a pu réfléchir à des actions con­crètes d’amélioration de per­for­mance indus­trielle qui tien­nent compte des enjeux envi­ron­nemen­taux de l’entreprise picarde.

Dix-neuf étu­di­ants de l’UTC ont tra­vail­lé durant six mois entre l’é­cole et le site Ten­neco de Crépy-en-Valois. Objec­tif : réduire les déchets indus­triels banaux ain­si que la con­som­ma­tion d’én­ergie de l’en­tre­prise. Des enjeux économiques et envi­ron­nemen­taux bien réels pour une prise de con­science grandeur nature. Ten­neco fab­rique des sys­tèmes de pro­tec­tion de com­posants, tels que des câbles ou des durites.Outre l’in­dus­trie auto­mo­bile, les sys­tèmes de pro­tec­tion Ten­neco sont aus­si employés dans la pro­duc­tion d’én­ergie, l’in­dus­trie aéro­nau­tique et aérospa­tiale, l’in­dus­trie mar­itime, l’in­dus­trie fer­rovi­aire et autres secteurs indus­triels. “Notre groupe était mobil­isé pour trou­ver des solu­tions effi­caces afin de réduire de 5 % par an d’i­ci 2024 la con­som­ma­tion d’én­ergie et de 20 % les DIB, les déchets indus­triels banals. Com­ment val­oris­er le rebut ? Nous étions tous en autonomie avec un pro­fesseur pour nous super­vis­er. Nous avons fourni trois rap­ports durant le semes­tre. Pour arriv­er à cela, nous avons con­sti­tué trois équipes : énergie, déchets et vision glob­ale. Nous avons été très bien accueil­lis par l’en­tre­prise qui s’est d’ailleurs par­ti­c­ulière­ment bien impliquée dans notre pro­jet”, racon­te Julie Tardy, 22 ans,en 5e année d’ingénierie mécanique. La jeune Lyon­naise vise les métiers de la sup­ply chain et du lean man­age­ment envi­ron­nemen­tal. La troisième équipe avait notam­ment la mis­sion de chercher des labels et d’ac­com­pa­g­n­er le change­ment auprès de l’en­tre­prise, par exem­ple en matière de for­ma­tion sur com­ment mieux tri­er les déchets. 

Un changement de pensée

C’est ain­si que l’opéra­tion, débutée en sep­tem­bre 2019 et achevée en jan­vi­er 2020, a porté ses fruits. Utile aus­si bien à l’en­tre­prise qu’aux étu­di­ants. “Les apports sont nom­breux pour nous tous. Pour com­mencer, il était très instruc­tif de porter un pro­jet de groupe en autonomie qua­si totale. De quoi dévelop­per les com­pé­tences et qual­ités de cha­cun d’en­tre nous. Nous avons très vite dû met­tre en place une organ­i­sa­tion bien spé­ci­fique pour créer le lien entre nous et bien com­mu­ni­quer. Voilà pour le côté humain, pour­suit Julie Tardy. Tech­nique­ment, nous avons beau­coup appris, par exem­ple sur l’é­tat de la recherche dans ces domaines, mais aus­si com­ment obtenir des devis, con­tac­ter des entre­pris­es et gér­er un pro­jet de A à Z.” Autant d’é­tu­di­ants sen­si­bil­isés aux ques­tions envi­ron­nemen­tales déjà bien avant mais qui là, au coeur d’une entre­prise ciblée, ont pu être infor­més davan­tage et opér­er un véri­ta­ble change­ment de pensée. 

Comme un trait d’union

“Se pro­jeter dans une réal­ité pro­fes­sion­nelle était des plus per­ti­nent pour l’é­cole et pour ces étu­di­ants. L’en­tre­prise a égale­ment demandé à cer­tains d’en­tre eux de faire un peu de prospec­tive sur l’évo­lu­tion de la planète et des enjeux aux­quels Ten­neco pour­raient répon­dre à l’hori­zon 2050et les out­ils opéra­tionnels quant à ses sujets”, souligne Valérie More­au, enseignante-chercheuse au départe­ment Ingénierie mécanique de l’UTC,satisfaite des rela­tions nouées bien en amont avec Ten­neco au tra­vers notam­ment de sta­giaires UTC déjà accueil­lis avant cet Eco-Group. “La trans­for­ma­tion de nos modes de pro­duc­tion et de con­som­ma­tion occi­den­taux va sans doute s’ac­célér­er dans les années à venir pour que l’ac­tiv­ité humaine reste, ou plutôt devi­enne, souten­able sur le long terme, ajoute-t-elle. Nos étu­di­ants n’en ont pas encore tous pleine­ment con­science et une minorité d’en­tre­pris­es enta­ment tout juste une démarche de tran­si­tion. L’UTC, en tant qu’u­ni­ver­sité et école d’ingénieurs, a un rôle essen­tiel à jouer en dessi­nant des traits d’u­nion entre la con­nais­sance sci­en­tifique inter­na­tionale et la mise en oeu­vre locale des tech­niques et méth­odes qui per­me­t­tront d’adress­er les enjeux de notre siè­cle. Ce pro­jet est l’un de ces traits d’u­nion. Il ne résout pas tout, mais il per­met col­lec­tive­ment et indi­vidu­elle­ment de com­mencer à se pro­jeter vers une réal­ité nouvelle.”

Le magazine

linkedin facebook pinterest youtube rss twitter instagram facebook-blank rss-blank linkedin-blank pinterest youtube twitter instagram