Rechercher
Generic filters

Un double diplôme pour le design

L’UTC et l’École Supérieure d’Art et de Design d’Amiens (ESAD) vienne de délivr­er la pre­mière pro­mo­tion d’un nou­veau cur­sus de mas­ter dou­ble­ment diplô­mant. Les design­ers sont en effet tit­u­laires de la men­tion design numérique du Mas­ter de l’ésad ain­si que de la men­tion User eXpe­ri­ence Design du Mas­ter de l’UTC. Une approche qui place le design­er au cen­tre du proces­sus d’innovation.

Pour Bar­bara Den­nys, « Un bon design­er n’est pas un habilleur mais un col­lab­o­ra­teur impliqué très en amont dans le proces­sus de con­cep­tion et le développe­ment d’un nou­veau pro­duit ». Avec ce genre d’idée, rien d’étonnant à ce que la direc­trice de l’École Supérieure d’Art et de Design d’Amiens (ESAD) vienne fonder, à l’invitation de l’UTC, un dou­ble cur­sus de Mas­ter en design. Pour la pre­mière année, une dou­ble for­ma­tion est en effet pro­posée en asso­ciant le Mas­ter men­tion design numérique de l’ESAD avec la spé­cial­ité User eXpe­ri­ence Design (UxD) du Mas­ter Inno­va­tion et Com­plex­ité de l’UTC. Admin­is­tra­tive­ment, cette propo­si­tion se mon­tre déjà orig­i­nale, voire unique dans l’enseignement en design, car elle per­met aux étu­di­ants de suiv­re simul­tané­ment deux cur­sus et d’obtenir deux diplômes de Mas­ter à leur issue. 

Le choix de l’ouverture

L’innovation ne s’arrête pas là, car les étu­di­ants choi­sis pour suiv­re ce dou­ble Mas­ter et les idées sur lesquelles il s’appuie sont tout aus­si sur­prenants. A l’heure où les chas­seurs de têtes découpent les pro­fils selon des cur­sus et des com­pé­tences chirur­gi­cale­ment ciselés, la col­lab­o­ra­tion ESAD-UTC s’adresse « aux étu­di­ants en design, en design graphique, en infor­ma­tique et en sci­ences humaines désireux de men­er des pro­jets antic­i­pa­toires cen­trés sur l’in­ter­ac­tion humain/monde à tra­vers la mobil­i­sa­tion de la tech­nolo­gie ». Et cette pop­u­la­tion à l’apparente hétérogénéité est con­viée à men­er ce vaste pro­gramme en s’appuyant sur un con­cept essen­tiel, le design cen­tré sur l’expérience de l’utilisateur. Pour Anne Gué­nand, respon­s­able à l’UTC de cette spé­cial­ité, le design est une façon de « don­ner forme à l’expérience ».

L’expérience source d’innovation

Une vision que partage Bar­bara Den­nys pour qui l’artiste et le design­er ont en com­mun de « pro­duire une forme qui est aus­si une pen­sée ». Pour le design cen­tré sur l’expérience, la forme se conçoit à par­tir d’une explo­ration appro­fondie du monde et de l’ensemble des expéri­ences sen­sorielles qui en découlent. Dans cette approche, l’utilisateur a un rôle cen­tral et le design­er cherche à « com­pren­dre son expéri­ence et à traduire par le design les qual­ités formelles atten­dues par l’utilisateur ». Une philoso­phie où per­cep­tion et action découlent l’une de l’autre, ain­si que le défend­ent les enseignants de l’UTC qui enseignent au Mas­ter, tel Charles Lenay. 

Des design­ers moins cen­trés sur leur pro­pre vécu

Un des cinq étu­di­ants qui ont décou­vert cette année cette for­ma­tion dou­ble­ment diplô­mante souligne que la vision UxD « per­met au design­er de mieux se posi­tion­ner pour défendre l’utilisateur ». Bar­bara Den­nys y voit elle une façon « de délo­calis­er la pen­sée des design­ers au prof­it des usagers et de lim­iter ain­si l’approche égo­cen­trée du design­er en for­ma­tion». Cette vision cen­trée sur l’expérience et sur l’autre jus­ti­fie la présence d’étudiants issus des sci­ences humaines. Quant aux ingénieurs infor­mati­ciens, ils ont toute leur place. « Aujourd’hui, les objets numériques sont de plus en plus présents et de plus en plus de pro­jets visent à con­cevoir de tels objets », explique Aman­dine Mas­set, lau­réate de la pre­mière pro­mo­tion du dou­ble diplôme. 

Un trip­tyque gagnant

Dans un con­texte où les objets con­nec­tés et com­mu­ni­quant se répan­dent dans toutes les dimen­sions de la vie ordi­naire, l’ingénierie infor­ma­tique reste incon­tourn­able pour la con­cep­tion des appli­ca­tions. Le design­er, de son côté, utilis­era des logi­ciels dédiés au maque­t­tage des inter­ac­tions et des sys­tèmes de visu­al­i­sa­tion, et non à leur développe­ment. Des com­pé­tences com­plé­men­taires telles l’ergonomie, la soci­olo­gie ou le mar­ket­ing, con­cour­ront au suc­cès des pro­jets. Et la ren­con­tre de ces trois mon­des, sci­ences humaines, design et ingénierie ressem­ble de près aux con­textes futurs d’exercice de ces pro­fes­sion­nels en devenir. Con­cevoir un nou­v­el objet tech­nique aujourd’hui ne con­siste-t-il pas à ren­con­tr­er et com­pren­dre ses futurs util­isa­teurs, con­cevoir une forme capa­ble de leur répon­dre, tout en gar­dant en tête les con­traintes tech­niques, la fais­abil­ité finale du pro­duit et sa place sur le marché ? 

Le « lien social », un objet à designer

Dans cette per­spec­tive, le design­er fait con­verg­er les dif­férentes dimen­sions du proces­sus de créa­tion. De plus, « cette for­ma­tion en parte­nar­i­at avec l’UTC accroit les champs d’actions des futurs design­ers en leur offrant plus de poten­tial­ités d’orientation » souligne Bar­bara Den­nys qui appré­cie par­ti­c­ulière­ment l’ouverture de l’UTC grâce à l’approche pluridis­ci­plinaire de son mas­ter. Quant à la notion même de « design », il sem­ble que les nou­veaux arrivés souhait­ent aus­si l’élargir, comme le mon­tre ces étu­di­ants qui s’orientent résol­u­ment vers le « design de lien social ». Alors que les réseaux soci­aux numériques devi­en­nent l’ordinaire que le numérique cherche à recon­stru­ire du com­mu­nau­taire, le com­merce et les ser­vices visent cet espace com­mu­nau­taire. Le « lien social » devient un objet a design­er au même titre qu’un espace client ! 

La pre­mière pro­mo­tion sor­tante a déjà témoigné du suc­cès de la for­ma­tion, de l’avis des étu­di­ants comme des enseignants. Onze autres étu­di­ants sont déjà inscrits dans ce cur­sus innovant. 

Aman­dine, le choix du numérique

For­mée à l’ESAD au design graphique, Aman­dine Mas­set vient de ter­min­er son stage pour valid­er ce pre­mier cru du dou­ble Mas­ter… dans une start-up d’innovation par le design. Sous cette appel­la­tion un peu hype se retrou­ve finale­ment la philoso­phie du Mas­ter UxD : innover par le pro­to­ty­page, en procé­dant par itéra­tion, en lien avec l’ensemble des acteurs. « La façon de fonc­tion­ner de la start-up User Stu­dio est exacte­ment à l’image de l’enseignement qui nous a été don­né : l’innovation passe par l’expérience et la com­préhen­sion de l’utilisateur » souligne Aman­dine Masset. 

Pour elle cette philoso­phie se résume en trois mots : curiosité, empathie et déter­mi­na­tion… aux­quels elle rajoutera aus­si créa­tiv­ité, ingéniosité et… capac­ité à se remet­tre en ques­tion. Toutes ces qual­ités qu’elle a util­isées durant cinq mois afin de faire le design des appli­ca­tions ou des sites inter­net pour les clients de l’entreprise. Aujourd’hui, elle ne souhaite pas s’axer unique­ment sur graphisme, ni s’aventurer dans la con­cep­tion d’objets indus­triels. « J’espère pour­suiv­re dans des start-up ou des agences de design afin de pour­suiv­re dans le design de pro­duits numériques » pré­cise-t-elle. Ambitieuse, elle appré­cie par­ti­c­ulière­ment la pos­si­bil­ité d’élaborer com­plète­ment de nou­veaux pro­duits, soulig­nant l’importance de tra­vailler avec ses col­lègues et ses clients dans un véri­ta­ble esprit d’équipe. Inutile de soulign­er qu’Amandine Mas­set met les rela­tions les rela­tions humaines au cen­tre de son activité.

Le magazine

linkedin facebook pinterest youtube rss twitter instagram facebook-blank rss-blank linkedin-blank pinterest youtube twitter instagram