Les étudiants s’organisent face à la crise sanitaire

Distribution de repas, test COVID, tutorat : en cette période de COVID, la vie étudiante de l’UTC s’est réinventée.

Les étudiants s’organisent face à la crise sanitaire

Personne ne s'en cache ces dernières semaines, la crise sanitaire a eu des impacts lourds et significatifs sur la société mais aussi sur le moral de tous.

Les réouvertures au public de certains lieux sont un véritable soulagement pour tous. Mais pour les étudiants la situation a eu une saveur encore plus amère ; celle des doutes, des craintes et des appréhensions pour le futur. Une saveur amère à conjuguer avec une encore plus aigre ; celle de la précarité. car pour beaucoup les confinements et reconfinements successifs ont signé la fin des jobs étudiants et donc d'une source de revenus très importante. Dès lors, la situation déjà compliquée pour le moral l'est devenue aussi pour les finances.

A l'université de technologie de Compiègne, la situation a été prise très au sérieux par les équipes administratives et de direction. "Dès le début de la crise sanitaire l'an dernier des mesures ont été prises pour assurer l'accompagnement et le bien être des étudiants, détaille Karine Sliwak, responsable de la formation ingénieur par apprentissage." Et depuis quelques mois l'école a franchi une étape supplémentaire en nommant trois référents solidaires, dont Karine Sliwak elle-même. Leur rôle ? Développer et coordonner des actions de solidarité pour les étudiants et être le premier point d'approche de celles et ceux rencontrant des difficultés. "Nous avons mis en place une adresse mail où les étudiants peuvent nous écrire dès qu'ils rencontrent la moindre difficulté, qu'elle soit financière, psychologique ou de tout autre type, poursuit Karine Sliwak. Nous mettons ensuite en place des actions pour les accompagner."

Exemple concret ? Les difficultés financières traversées par les étudiants. "Il est tout à fait normal pour un étudiant de se retrouver face à des difficultés, d'autant plus quand ils n'ont plus de job étudiant, poursuit-elle. Nous avons mis en place des aides extraordinaires pour qu'ils puissent avoir du budget en plus quand ils en ont besoin." Mais d'autres systèmes existent pour des besoins spécifiques. Des prêts d'ordinateur, par exemple, pour les étudiants qui auraient des difficultés avec leur ordinateur déjà existant. Pour le mal être psychologique, les référents solidaires peuvent accompagner les étudiants vers des professionnels qui peuvent leur venir en aide et les accompagner. Et les référents solidaires mettent également en place des actions de distribution, qu'il s'agisse de denrées alimentaires (en lien avec l'association étudiante EPI), des distributions de produits d'hygiène et de santé et de produits de première nécessité, en lien avec des entreprises partenaires. Et certains restaurants de la ville se sont également joints à l'opération pour proposer des distributions de repas aux étudiants. Couscous ou paella ont ainsi été proposés aux étudiants. "Ces opérations sont ouvertes à tous avec une priorité donnée aux étudiants qui ont le plus de difficultés financières."

Mais la logique de solidarité est allée plus loin pour les étudiants. Ces derniers ont en effet créé une association, malicieusement nommée TUT'UT, pour créer des ateliers de soutien et d'échanges entre les étudiants sur leurs cours