Dossier

Innovation pédagogique : l'approche UTC

Rendre les étudiants acteurs de leurs apprentissages. Du travail collaboratif sur des projets réels aux cours inversés en passant par les jeux sérieux : c’est le fil directeur des innovations pédagogiques que déploie l’UTC pour mieux préparer ses élèves ingénieurs à leur future vie professionnelle, tout en s’adaptant aux spécificités d’une nouvelle génération d’étudiants.

Innovation pédagogique : l'approche UTC

Comment former les étudiants à la concertation entre parties prenantes d’un projet d’aménagement urbain ? Réponse avec Urb’act, un jeu sérieux qui utilisera les tables et tableaux tactiles de la halle numérique.

Dans tout projet urbain, les parties prenantes poursuivent chacune leurs propres objectifs, souvent peu compatibles. Imaginons que le maître d’ouvrage (c’est-à-dire les élus) veuille créer un nouveau pôle urbain en désenclavant et densifiant un quartier : les promoteurs finançant l’opération chercheront par exemple à promouvoir un habitat moins dense et des logements haut de gamme, qui se vendront plus cher, tandis que la société civile (habitants et associations) voudra à la fois préserver au maximum les espaces verts et l’accessibilité des prix de l’immobilier.

« Dans un cours classique et même en TD, il est impossible de faire prendre conscience aux étudiants de l’importance et surtout de la difficulté de la concertation entre ces acteurs, souligne Nathalie Molines, maître de conférences en géographie au département génie des systèmes urbains de l’UTC. Tout comme il est difficile de les sensibiliser aux aspects financiers de chaque décision prise et à l’impact des multiples aléas susceptibles de survenir au fil des dix à quinze ans que dure un projet urbain. D’où l’idée de les mettre en situation via un jeu sérieux, Urb’Act, que nous sommes en train de développer avec le soutien de Sorbonne Universités. »

Un prototype d’ici juillet

Cette application ludique utilisera un support spécifiquement conçu pour le travail collaboratif : les tables et tableaux tactiles interactifs de la halle numérique. En deux séances de deux heures de jeu, elle permettra de simuler tout le déroulement d’un projet, depuis sa phase d’études jusqu’à sa réalisation complète. Autour de chaque table, trois binômes d’étudiants se répartiront les rôles du maître d’ouvrage, de la société civile et des promoteurs. Chacun recevra une carte indiquant les enjeux qu’il devra défendre.

Sur la table, les participants disposeront d’un fond de plan numérique de la zone à aménager pour dessiner le plan masse du projet : destruction ou conservation de l’existant, construction de nouveaux bâtiments, restructuration des axes de communication… Pour définir ce plan, ils devront se concerter afin de converger vers des solutions conciliant au mieux les enjeux de chaque partie, tout en garantissant l’équilibre budgétaire, la mixité fonctionnelle et sociale et la qualité environnementale du projet. En cours de jeu, ils devront aussi tenir compte d’événements externes : par exemple, un changement de majorité politique ou une crise financière imposant de redéfinir le projet ou de rééchelonner les investissements dans le temps. Puis à l’issue des deux séances de jeu, l’enseignant débriefera leur proposition : qu’est-ce qui a bien fonctionné ou pas et pourquoi ?

 L’objectif du projet Urb’act en cours est de développer un premier prototype du jeu d’ici juillet 2018. Ce prototype sera testé avec des étudiants en génie des systèmes urbains de l’UTC, mais aussi avec des étudiants du master en urbanisme de Paris-Sorbonne. D’autres projets devraient suivre pour expérimenter le jeu avec d’autres publics, l’améliorer et le faire évoluer.