Dossier

Innovation pédagogique : l'approche UTC

Rendre les étudiants acteurs de leurs apprentissages. Du travail collaboratif sur des projets réels aux cours inversés en passant par les jeux sérieux : c’est le fil directeur des innovations pédagogiques que déploie l’UTC pour mieux préparer ses élèves ingénieurs à leur future vie professionnelle, tout en s’adaptant aux spécificités d’une nouvelle génération d’étudiants.

Innovation pédagogique : l'approche UTC

Des outils de pointe pour l’apprentissage du travail collaboratif

Il y a deux ans, avec le soutien de Sorbonne Universités, l’UTC s’est équipée d’une halle numérique destinée à la pédagogie par projet : une plateforme composée de cinq espaces de travail collaboratif dotés chacun d’une table et d’un tableau tactiles interactifs, conçus par des chercheurs de l’université. Résultat concluant.

Un taux d’occupation bientôt proche des 100 % ! La halle numérique rencontre un succès croissant auprès des enseignants de l’UTC, comme des étudiants. Aujourd’hui, elle est très régulièrement utilisée dans une dizaine d’unités de valeur axées sur la créativité, l’innovation ou encore le management de projet, mais sert aussi ponctuellement de support à d’autres UV comportant des phases de travail par projet. Conçus par les laboratoires de sciences humaines et sociales et d’informatique de l’UTC – Costech et Heudiasyc – pour favoriser la co-conception et l’intelligence collective, les tables et tableaux tactiles de la plateforme permettent en effet de former les étudiants à un type d’outils collaboratifs qui équipera sans doute de plus en plus d’entreprises. Mais, surtout, ils offrent plusieurs atouts en termes de pédagogie.

Une participation accrue

Premier avantage : avec ces outils, tous les étudiants sont en position d’être actifs lors des séances de travail collaboratif. Chacun peut par exemple afficher un clavier virtuel sur la table pour consigner une idée sur un post-it numérique, partager ses notes avec ses condisciples en les faisant glisser sur la table ou les transférer sur le tableau, sur lequel un autre étudiant structure les propositions de ses camarades en les classant. « La table favorise la créativité et le foisonnement d’idées divergentes grâce aux échanges face à face, alors que le tableau facilite la convergence autour de propositions partagées et la prise de décision, explique Thierry Gidel, enseignant-chercheur à Costech. Nos observations ont montré qu’avec ce dispositif, la prise de parole était mieux répartie entre les participants qu’avec les post-it papier, paperboards et autres outils traditionnels de travail collaboratif. Elle l’est également beaucoup plus que lorsque les étudiants travaillent à plusieurs autour d’un PC connecté à un grand écran. Car, dans ce cas, celui qui a le clavier et la souris tend à prendre le leadership et les autres sont plus passifs.» Un constat que partage Joanna Daaboul, enseignante au département ingénierie mécanique : « Avec la table et le tableau tactiles, les étudiants timides peuvent proposer des idées sur des post-it virtuels sans même avoir à parler. Ils participent donc plus. Et, comme davantage de cerveaux y contribuent, le résultat global est meilleur. De plus, les étudiants adorent travailler à la halle numérique. »

Quantité de possibilités

Autre atout : la table et le tableau intègrent une suite logicielle multi-utilisateur et multifonction offrant quantité de possibilités : co-construire un business model, un scénario ou encore un planning, cartographier des processus, annoter une carte… Par ailleurs, ces logiciels ont été conçus pour guider les participants débutant dans leur utilisation et facilitent l’apprentissage des méthodes de travail collaboratif. Enfin, bien sûr, d’autres logiciels peuvent être développés pour des applications spécifiques (lire l’article suivant). L’intérêt pédagogique de ces outils ne se limite toutefois pas à un public d’étudiants ingénieurs. La halle numérique sert aussi de support à une expérience de travail collaboratif interdisciplinaire menée par un collège voisin. En partenariat avec un laboratoire en sciences de l’éducation de l’Université Lille 3 (le Cirel), Costech vient d’ailleurs de lancer une thèse sur la formation au travail collaboratif grâce à des dispositifs tactiles et sur sa contribution aux apprentissages disciplinaires.