Articles

Développement durable : un campus plus vert

Que ce soit dans le contenu de ses formations, à travers les initiatives de ses étudiants, sa gouvernance ou la gestion de son parc immobilier, l'UTC s'engage depuis sa création en faveur de l'innovation environnementale et sociétale. Avec la mise en place d'un plan vert pour les établissements de l'Enseignement supérieur suite au Grenelle de l'environnement, la dynamique s'est encore accélérée.

Développement durable : un campus plus vert

 Depuis sa création en 1972, l'UTC construit son attractivité sur son caractère innovant en phase avec les enjeux de la société. Sujet crucial pour l'économie et le futur de l'humanité, le développement durable est ainsi intégré au quotidien des étudiants, enseignants-chercheurs et de tout le personnel utcéen. Dans le classement établi par le magazine L'Etudiant dès 2013, l'UTC se place parmi les établissements les plus engagés aussi bien en formation, recherche que vie étudiante.

Aujourd'hui partenaire de la troisième révolution industrielle portée par la région Hauts-de-France, notre campus est un laboratoire de la société de demain tant dans son fonctionnement que par le contenu de ses enseignements et ses travaux de recherche. Le centre d'innovation dont les faibles besoins en chauffage s'approchent des performances d'un bâtiment passif ou la plateforme de recharge de véhicules électriques Stella pilotée par un réseau intelligent conçu par le laboratoire Avenues de l'UTC, sont de bons exemples de cette vitrine technologique et sociétale.

Du point de vue de la recherche, les domaines de la chimie verte avec la plateforme PIVERT ou bien les expérimentations menées par le laboratoire Heudiasyc sur les véhicules autonomes constituent des axes significatifs de cet engagement. De nombreux aspects du développement durable sont abordés dans les enseignements proposés aux étudiants. Certaines formations sont directement consacrées à ces questions comme le génie urbain (GSU) fortement lié aux enjeux énergétiques et de transports ou le cursus humanités et technologie (HUTECH) qui met en perspective l'innovation technique par rapport aux mutations économiques et sociétales en recourant aux sciences humaines et à la philosophie. 

 Une dynamique et une stratégie tournées vers l'avenir

Le dynamisme des associations étudiantes est également au cœur de l'exemplarité de l'UTC en matière de développement durable. « C'est dans la culture de l'UTC de développer la dimension citoyenne, d'impliquer les étudiants, ce sont eux qui seront les cadres de demain » souligne Philippe Courtier, directeur de l'UTC. Dynamiques et ouvertes sur le monde, les 110 associations étudiantes se mobilisent régulièrement en faveur de l'environnement, des questions sociétales et des mutations économiques (voir le dossier consacré aux associations étudiantes page 5).

Des actions emblématiques comme le CAC' carottes, distribution de légumes et fruits locaux ou l'écoresponsabilisation du festival L'imaginarium – toilettes sèches, gobelets consignés, recharge des portables avec des panneaux solaires... - sont déjà en place et bien rodées. D'autres initiatives vont prochainement voir le jour comme la création du Green Lab, un fablab spécialement dédié au développement durable qui en plus d'ateliers orientés conception et fabrication d'objets, mettra à disposition des installations pour se lancer dans la chimie verte. Des partenariats avec des structures locales extérieures à l'UTC sont également en cours. La création récente par d'anciens UTCéens d'un lieu pour favoriser l'innovation et la réflexion dans un cadre alternatif, l'Hermitage, devrait ainsi offrir de nouvelles opportunités de sortir des modèles conventionnels.

De manière plus globale, la direction de l'école intègre le développement durable dans toutes ses décisions qu'il s'agisse de la gestion des affaires courantes ou des réflexions stratégiques. Des chantiers très concrets ont été menés dans ce cadre comme la mise en place du tri sélectif, la lutte contre le gaspillage énergétique, un entretien plus écologique des espaces verts ou l'insertion de clauses sociales dans les marchés publics. Au niveau des transports, des prises de recharge pour les véhicules électriques ont été installées.

Le partenariat constructif mené avec l'agglomération de Compiègne a permis de développer l'offre de transport en commun et de créer une piste cyclable le long de l'Oise reliant les différents sites de l'UTC. Afin d'assurer un suivi fin de ces actions, un référentiel développement durable et responsabilité sociétale permettant une démarche d'amélioration continue a été mis en place depuis 2011. Cinq axes allant de la gouvernance au contenu des formations et des recherche è recherches en passant par les actions environnementales et la politique sociale de l'établissement sont évalués chaque année. Le futur de l'UTC se construit chaque jour...

Des espaces verts gérés de manière écologique, pour préserver la biodiversité

L'UTC améliore régulièrement la gestion de ses espaces verts pour la rendre plus écologique. Cette année, les méthodes de tonte et de fauchage ont été modifiées pour permettre à la biodiversité de se développer dans nos pelouses et massifs.

Impliqué depuis plusieurs années dans le développement durable, le service logistique et sûreté en charge de l'entretien des espaces verts sur le campus a décidé sous l'impulsion de Philippe Courtier, de franchir une nouvelle étape. Ces nouvelles actions rentrent dans le cadre des objectifs du plan vert lancé par le ministère de l'Enseignement supérieur. « Déjà réduite de manière très significative depuis 3 ans, l'utilisation de pesticides est désormais arrêtée, nous utilisons uniquement le désherbage manuel et mécanique ainsi que des paillis de bois concassé sur les massifs pour lutter contre les mauvaises herbes » résume Guillaume Hervet, responsable du service logistique et chargé des questions de sûreté qui travaille sur ce dossier. Pour favoriser la faune et la flore nombreuse habitant dans les prairies, nos pelouses sont désormais moins et mieux coupées.

Les tondeuses ne sont plus employées qu'avec parcimonie – environ toutes les trois semaines – seulement sur les zones situées à proximité des bâtiments et des lieux de passage. L'herbe finement broyée est laissée sur place selon la méthode du mulching afin de fertiliser les sols et de conserver l'humidité. Les surfaces centrales ne sont fauchées qu'à la fin de l'été, le temps qu'insectes et végétaux aient fini leur cycle de vie. Enfin, une expérimentation d'éco-pâturage avec des moutons est en cours sur le site Pierre Guillaumat. « Nous avons choisi cet endroit hors de la ville car les moutons d'Ouessant aiment le calme » explique Guillaume Hervet.

L'association d'aide par le travail l'Arche employant des personnes en situation de handicap a été choisie pour réaliser cette prestation. Toutes les semaines, un berger rend visite à ces bêtes autonomes du point de vue de la nourriture. Une rotation est organisée entre trois parcelles pour renforcer la biodiversité des sites. L'éco-pâturage est une méthode de gestion durable des espaces verts favorisant en plus de la biodiversité le lien social grâce aux échanges qui se développent sur la vie des animaux.