Dossier

47: Les associations étudiantes : une richesse pour l’UTC et le territoire

L’UTC encourage fortement la vie associative de ses étudiants. Non seulement il s’agit d’un rouage important de leur développement personnel et professionnel, mais c’est un atout pour le territoire, et notamment un réservoir de talents et de créativité qui peut générer des innovations et de l’activité économique.

47: Les associations étudiantes : une richesse pour l’UTC et le territoire

Pour une approche éthique de l’utilisation du Net

Le pôle solidarité et citoyenneté rassemble une vingtaine d’associations. Beaucoup sont engagées dans des actions caritatives ou travaillent à promouvoir des modes de vie et de consommation plus durables. Picasoft, elle, milite pour la redécentralisation d’Internet. Explications.

Son logo, une tête de chat stylisée, marque son appartenance au Collectif des hébergeurs alternatifs, transparents, ouverts, neutres et solidaires, dont l’acronyme répond au doux nom de… Chatons. Comme tous les membres de ce réseau national, Picasoft œuvre à la redécentralisation du Net. Un nombre croissant de services en ligne est en effet entre les mains d’une poignée d’acteurs, au premier rang desquels les Gafam (Google, Apple, Facebook, Amazon, Microsoft).

Une concentration qui pose, entre autres, des problèmes de confidentialité, car le modèle économique de ces entreprises repose tout entier ou de plus en plus sur la collecte et la valorisation des données des utilisateurs de leurs applications. « Picasoft milite pour une approche “ libriste ” et éthique de l’utilisation du Net, qui respecte la vie privée mais aussi la liberté d’expression, explique Guillaume Jorandon, le président de l’association. “ Libriste ”, car ces objectifs passent en particulier par l’usage de logiciels libres, dont le code source est ouvert et qui permettent de garder le contrôle de ses données. Nous visons avant tout le milieu des ingénieurs, qui, souvent, se servent de logiciels sans vraiment connaître la politique de leurs éditeurs en matière de données. »


Pour sensibiliser les futurs ingénieurs sur ces différentes questions, l’association organise une ou deux conférences par semestre à l’UTC, avec des spécialistes. En mars dernier, elle avait ainsi convié un représentant de la Quadrature du net (une ONG défendant les droits et libertés fondamentales des internautes) à dresser un état de la censure sur le Net en France. Par ailleurs, elle propose des ateliers de formation sur les alternatives aux plateformes collectant les données : par exemple, héberger un service cloud sur son propre serveur, afin d’éviter des outils comme Dropbox ou Google Drive. Enfin, elle a mis en place des serveurs permettant d’accéder gratuitement à des logiciels libres tels que Mattermost, une alternative à la messagerie instantanée professionnelle Slack, ou encore Etherpad, une alternative à Google Docs pour créer un texte en mode collaboratif…

Agir auprès des jeunes

Picasoft ne s’adresse toutefois pas qu’aux ingénieurs. « Notre objectif est aussi de sensibiliser les jeunes le plus tôt possible à une utilisation sûre d’Internet, dont ils ont une pratique intense sans en mesurer les implications, souligne Guillaume Jorandon. Nous participons à la Fête de la science : l’an dernier, nous y avons accueilli des enfants des écoles primaires. Et nous intervenons dans des collèges. »

Créée début 2017, Picasoft rassemble aujourd’hui une vingtaine d’étudiants, mais aussi, des enseignants-chercheurs. Depuis peu, le laboratoire de sciences humaines et sociales de l’UTC, Costech, en est même membre. « Pour adhérer à l’association, une personne morale cotise davantage qu’une personne physique, explique Stéphane Crozat, chercheur à Costech. C’est donc un moyen de soutenir Picasoft, notamment pour financer ses serveurs. Par la suite, nous souhaitons d’ailleurs attirer d’autres partenaires, par exemple des lycées. » Mais, de plus, les activités de l’association, notamment auprès des jeunes, sont en lien direct avec les recherches de Costech sur la littératie numérique : comment transmettre au citoyen les fondamentaux nécessaires pour acquérir une pratique éclairée et réflexive des outils numériques ? Pour le laboratoire, il s’agira donc aussi d’un champ d’expérimentation très intéressant. n

 

Portail des associations étudiantes : https://assos.utc.fr

 


Paroles de bénévole

Formatrice pour les étudiants, la pratique associative peut aussi l’être pour leurs enseignants. Témoin : Stéphane Crozat, qui fait partie des fondateurs de Picasoft.

« Si je me suis engagé dans cette association, c’est, entre autres, parce que j’avais des lacunes sur les sujets dont elle traite, bien que je sois informaticien de formation et que j’enseigne au département Génie informatique de l’UTC. Ce sont des domaines où tout évolue très vite et dans lesquels certains étudiants de Picasoft ont des compétences techniques que peu d’enseignants-chercheurs de l’UTC possèdent. Par exemple, ils ont organisé un atelier sur le chiffrement des mails et autres échanges de données qui m’a beaucoup appris. »