Articles

Un label européen pour les ressources humaines

Depuis 2008, l'UTC a choisi d'inscrire sa politique de recrutement dans les principes de la charte européenne du chercheur établie par la commission européenne. Depuis décembre, elle est la seule école d'ingénieurs française labellisée « Human resources Excellence in Research » dans ce cadre. Témoignant du respect de principes éthiques et déontologiques dans les pratiques d'embauche et le travail scientifique, cette reconnaissance apportera une visibilité internationale accrue pour attirer les chercheurs au-delà des frontières. Alors que plus de 30 % des 120 enseignants-chercheurs et chercheurs recrutés chaque année à l'UTC sont étrangers, ces orientations revêtent une dimension stratégique.

Un label européen pour les ressources humaines

 

Depuis 2015, une importante collecte d'informations et la rédaction de documents de travail ont été réalisées. Cette première étape consistait à analyser les besoins et élaborer des pistes d'actions. « En une seule année, nous avons réalisé un gros travail de consultation et d'autodiagnostic » se félicite Sabine Braule, directrice des ressources humaines de l'UTC. Pour assurer le suivi et le pilotage de cette mission, une équipe projet composée de Lydia Vignolle-Dupré, adjointe à la DRH, de Marion Kaczkowski, responsable administrative des pôles doctoral et académique ainsi que de Stéphanie Rossard, responsable des projets européens et internationaux a été mise en place. Des réunions de consultation avec un groupe de chercheurs ont été organisées et les instances de l’établissement ont été sollicitées. Cette démarche collective a eu pour objectif de recueillir les points de vue sur les améliorations à apporter pour s’inscrire dans le respect des valeurs défendues par la Charte.

« L’idée était de proposer des pistes pour une amélioration continue des pratiques afin de soutenir une politique d’excellence à l’UTC, positionner l’UTC dans l’espace européen de la recherche et contribuer au rayonnement international de l’établissement » décrit Anne-Virginie Salsac, chargée de recherche CNRS depuis 10 ans au BMBI après des expériences professionnelles aux USA et en Angleterre. Cette responsable d'une équipe CNRS-UTC de 20 personnes se félicite du développement de dispositifs favorisant l’ouverture des offres d'emploi et souligne le besoin d’accroître l'attractivité : « Ce qui est crucial est d’internationaliser la recherche de candidats, améliorer la visibilité des unités de recherche, internet étant l'un des médias, et d’assurer un environnement de recherche d’excellence. Déontologie, éthique, mérite et transparence sont des mots clés. »

Encourager la mobilité des chercheurs européens

Parmi les 33 actions concrètes retenues, le renforcement de la transparence des embauches occupe une place de choix. Depuis de nombreuses années, l'UTC développe l'équité des recrutements et la mise en concurrence avec des comités de sélection élargis présents aux entretiens d'embauche. Dans le cadre de sa labellisation européenne, elle souhaite aller encore plus loin. Il s'agit notamment de réaliser un compte-rendu de leur entretien à chaque candidat auditionné pour lui permettre de progresser et rendre constructif un éventuel refus. Toutes les offres d'emploi de chercheurs seront également publiées dans la base européenne EURAXESS favorisant ainsi l'ouverture des postes à des candidats étrangers. Processus d'amélioration continue, le dispositif sera progressivement complété par de nouvelles mesures, l'objectif étant d'atteindre à terme les 40 objectifs énoncés dans la Charte. L'avancée des axes de travail sera évaluée fin 2018 par l'équipe projet de l'UTC. Dans quatre ans, l'ensemble des progrès accomplis sera noté par des examinateurs extérieurs issus des 15 autres établissements européens labellisés pour renouveler ce label.

 

 

cf. https://euraxess.ec.europa.eu/jobs/charter