Dossier

46 : Labex MS2T, une dynamique d’excellence à pérenniser

L’UTC porte l’un des 171 Labex issus du programme d’investissements d’avenir lancé en 2010. Têtes de pont de l’excellence scientifique française et de son rayonnement international, ces structures jouent un rôle croissant en matière de recherche, formation et valorisation. Zoom sur leurs enjeux et leurs principales retombées.

46 : Labex MS2T, une dynamique d’excellence à pérenniser

Deux professeurs invités… deux Best Paper Awards !

Michal Pioro est professeur à l’université de technologie de Varsovie, en Pologne, et à l’université de Lund, en Suède ; Dritan Nace est professeur à Heudiasyc à l'UTC. Leur collaboration sur l’optimisation des réseaux de communication avait débuté en 2003, mais est passée à une vitesse très supérieure avec la création de MS2T.

«En 2013, j’ai été professeur invité du Labex pendant trois mois, raconte Michal Pioro. Avec Dritan Nace et deux autres chercheurs d’Heudiasyc, nous avons développé une solution appelée Flow Thinning pour rendre les réseaux optiques sans fil FSO (Free Space Optics ou communications optiques en espace libre) plus résilients en cas de dégradation des conditions météorologiques. »

Technologie récente, les FSO utilisent la propagation de la lumière dans l’air pour transporter des quantités importantes de données sur de longues distances. Mais la pluie, la neige ou le brouillard peuvent fortement altérer leur qualité de transmission. Le concept de Flow Thinning a donc d’emblée trouvé un écho. Présenté en 2013 lors d’un congrès dédié aux réseaux, l’International Workshop on Reliable Networks Design and Modeling (RNDM), il a valu un Best Paper Award à l’équipe, avant de faire l’objet d’une publication dans Operations Research, journal de premier plan dans le domaine de l’optimisation.

Depuis, Michal Pioro et Dritan Nace ont approfondi le concept et, aujourd’hui, ils codirigent une thèse financée par le Labex. Objectif : concevoir des solutions hybrides plus robustes et moins coûteuses, combinant des FSO avec d’autres technologies, telles des fibres optiques terrestres. En 2017, Michal Pioro a passé un mois au Labex, que l’équipe a mis à profit pour étudier des réseaux hybrides réalistes, dont l’un desservant l’Ile-de-France. Un travail de nouveau couronné d’un Best Paper Award, lors de l’International Workshop RNDM 2017.

 « Pour moi, l’important est certes que le Labex apporte un soutien financier à la recherche sur l’optimisation des réseaux, observe Michal Pioro, mais surtout qu’il crée un environnement de travail exceptionnel, associant des chercheurs expérimentés et de jeunes chercheurs. Sa philosophie de rapprochement entre sciences et technologie est fructueuse : appliquer une science fondamentale comme la théorie de l’optimisation à des technologies nouvelles comme les FSO, par exemple, permet d’identifier leurs atouts et leurs limites avant leur déploiement. Sa vision des réseaux de télécommunication est également féconde : traiter l’ensemble des couches d’un réseau comme un système de systèmes, et non comme une collection de systèmes séparés, conduit à des conceptions plus efficaces en termes de coût, de qualité ou de résilience. »