Dossier

44 : Industrie du futur : l’UTC aux côtés des entreprises

La transformation numérique de l’industrie constitue un défi sociétal majeur. Pour l’UTC, qui accompagne un nombre croissant d’entreprises dans cette mutation, il s’agit d’un champ d’investigation de plus en plus stratégique. Zoom sur ses principaux axes de travail et les spécificités de son approche de l’industrie du futur.

44 : Industrie du futur : l’UTC aux côtés des entreprises

La continuité numérique, clé de voûte de l’industrie du futur

La continuité numérique de l’information est un des paradigmes clés de l’industrie plus agile et plus productive de demain. C’est un des axes de recherche du laboratoire Roberval. Explications et illustrations.

Développer des produits plus intelligents, connectés, personnalisés, moins énergivores, plus faciles à fabriquer, à maintenir, à recycler… autrement dit, de plus en plus complexes, tout en réduisant leurs délais de mise sur le marché, mais aussi leurs coûts de conception, d’industrialisation et de production. Pour relever ces défis, les industriels doivent en finir avec le travail en silos : mieux intégrer et capitaliser les expertises – et donc les données – des différents métiers, afin qu’ils puissent facilement accéder à toutes les informations nécessaires pour gagner en efficacité, réutiliser au maximum l’existant lors des nouveaux développements, faire les bonnes pièces du premier coup, piloter la production de façon plus agile…

C’est tout l’enjeu de la continuité numérique, qui désigne la capacité à disposer de l’ensemble des informations numériques sur un produit ou un système tout au long de son cycle de vie. Tout le défi aussi, car il s’agit d’intégrer des données provenant de sources très diverses, et donc de formats fortement hétérogènes : fichiers de CAO en 3D, de FAO, plans, documentation technique, fichiers Excel…

 

Bientôt, une équipe spécifique

Pour gérer ces données et faciliter leur partage entre métiers, les industriels disposent certes d’outils de gestion du cycle de vie des produits ou Product Lifecycle Management (PLM) : systèmes de Product Data Management (PDM) pour les données de conception, de Manufacturing Process Management (MPM) pour les données d'industrialisation (gammes de fabrication, etc.) et d’Enterprise Resource Planning (ERP) pour les données relatives de production (nomenclatures des produits, ordres de fabrication…). Mais ces systèmes d’information, scientifiquement conçus dans les années 1990, n’autorisent pas des échanges d’une granularité suffisante au regard des nouveaux enjeux de l’industrie.

Une des équipes du laboratoire Roberval conçoit des briques pour améliorer cette granularité et fluidifier les échanges entre métiers. Pour l’instant, ses recherches portent principalement sur la continuité numérique de l’information dans la conception produit-process et entre l’ingénierie et la production. Mais son périmètre d’investigation est appelé à s’élargir. Qu’il s’agisse de développer des outils d’aide à la décision permettant d’optimiser le pilotage du process de production, la maintenance des machines et la qualité des produits fabriqués, ou de produire des pièces métalliques en fabrication additive : toutes les thématiques de l’industrie du futur sur lesquelles travaille l’UTC supposent d’intégrer des flux de données hétérogènes. La continuité numérique est véritablement la clé de voûte de l’industrie plus agile et plus productive de demain. Et, dès 2018, Roberval y dédiera une équipe spécifique.