Dossier

44 : Industrie du futur : l’UTC aux côtés des entreprises

La transformation numérique de l’industrie constitue un défi sociétal majeur. Pour l’UTC, qui accompagne un nombre croissant d’entreprises dans cette mutation, il s’agit d’un champ d’investigation de plus en plus stratégique. Zoom sur ses principaux axes de travail et les spécificités de son approche de l’industrie du futur.

44 : Industrie du futur : l’UTC aux côtés des entreprises

Alfi Technologies : « Plus de valeur ajoutée pour nos clients »

Pour doter les machines industrielles qu’il commercialise d’algorithmes de maintenance prédictive, le groupe Alfi Technologies a fait appel à l’expertise du laboratoire Roberval.

Alfi Technologies réalise des lignes de production de matériaux de construction et des systèmes automatisés de logistique pour les sites industriels. « Pour exister sur ce marché et maintenir nos activités d’ingénierie et de fabrication en France, nous devons absolument être réactifs et innovants, souligne Yann Jaubert, son président : apporter au plus vite des réponses aux besoins spécifiques de chaque client, avec des solutions cousues main qui optimisent sa performance industrielle. La révolution numérique nous en offre l’opportunité : pour nous, l’industrie du futur, c’est dès aujourd’hui. » D’ores et déjà, les ingénieurs du groupe conçoivent ainsi toutes leurs installations en 3D, simulent leur fonctionnement à l’écran et peuvent même chausser un casque de réalité virtuelle pour s’immerger dans le clone numérique des futures lignes de production…

Trois défis

A présent, Alfi Technologies souhaite franchir une nouvelle étape : intégrer davantage d’intelligence dans ses machines. « Notre objectif est en particulier de les équiper d’algorithmes de maintenance prédictive pour apporter plus de valeur ajoutée à nos clients, explique Yann Jaubert. La difficulté de ce projet est triple : trier les données à recueillir sur les lignes de production, en extraire des modèles permettant d’identifier les signes avant-coureurs d’un problème en fonction du comportement des machines ou des caractéristiques du produit, et restituer ces informations sous une forme graphique, aisément accessible aux opérateurs de maintenance.

Pour y parvenir dans les meilleurs délais, nous avons choisi de nous appuyer le laboratoire Roberval. L’UTC se situe à proximité de certains de nos sites, nous avons déjà collaboré avec elle sur plusieurs projets et elle possède des compétences en maintenance et en analyse de données, mais aussi en électronique et en traitement du signal. Elle peut donc également nous aider si nous devons développer des capteurs n’existant pas sur le marché pour collecter certaines données. De plus, ce partenariat sera une nouvelle occasion de montrer aux étudiants de l’UTC qu’une PMI comme Alfi Technologies peut leur offrir des opportunités de carrières passionnantes ! » Pour Yann Jaubert, l’enjeu de l’analyse de données ne s’arrête toutefois pas à la maintenance prédictive : « Aujourd’hui, une fois nos équipements installés dans une usine, nous n’avons pas de visibilité sur leur comportement en production, ni sur les améliorations que nous pourrions leur apporter.

L’idée serait donc de remonter les données collectées sur les lignes de production des industriels jusqu’à Alfi Technologies, ce qui est désormais possible à un coût bien moindre qu’avant grâce aux réseaux dédiés à l’Internet des objets. De cette manière, nous pourrions plus facilement aider nos clients à faire évoluer leur outil industriel en fonction des problèmes rencontrés, de leurs nouveaux besoins et des innovations disponibles. »