UTSEUS, « Une expérience hors norme »

Fin octobre, Donghan Jin, président de l’université de Shanghai en Chine était à l'UTC pour participer au lancement d'un nouveau programme en master reconnu en Chine et en France. L'occasion de renforcer UTseuS, la coopération universitaire sino-française initiée en 2005.

UTSEUS, « Une expérience hors norme »

UTseuS est le programme franco-chinois de formation d’ingénieurs, un partenariat fort tissé depuis plus de dix ans. Créé par le réseau des universités de technologie françaises et l'université de Shanghai, ce partenariat est tout autant précurseur et unique dans les domaines de la formation et de la recherche. L'université de technologie Sino-Européenne de l'université de Shanghai (UTseuS) forme ainsi chaque année plus de 1200 étudiants chinois, français et européens dans un cadre international et multiculturel.

Parmi eux, Yuan Zhuang, 22 ans en quatrième année de génie mécanique.« J'ai trouvé cela facile d'intégrer des études en français, car nous avions déjà beaucoup de base en français. Mes débuts à l'UTC se sont très bien passés.Je suis actuellement en stage chez Faurécia à Méru. Après mes études, je compte rester en France et trouver un emploi près de Paris », envisage avec détermination la future ingénieure qui avec d'autres étudiantes de la filière ingénierie du design industriel (IDI) du département d’ingénierie mécanique (IM) de l’UTC, viennent de remporter le concours James Dyson Award 2018 grâce à leur concept de poubelle intelligente, Bing Bin. Les étudiants deviennent ainsi de prestigieux ambassadeurs de cette coopération.

Les thèmes de recherche communs entre les établissements sont nombreux : systèmes urbains, transports intelligents, développement durable... Autant de problématiques proches d’une thématique plus large, celle de la ville et de l’urbain, qui est traitée au sein de ComplexCity, premier laboratoire dédié à la ville intelligente, qui associe des chercheurs chinois et européens. 

« Non seulement il faut élargir la collaboration pour ce programme, mais il faut surtout l'approfondir, reprend Philippe Courtier, directeur de l’UTC. Valoriser les savoir-faire afin d'être plus que jamais au service des grandes entreprises françaises dans le monde. »

Un partenariat fort aux bénéfices réciproques

Avec 250 étudiants chinois présents à Compiègne en 2018, l'UTC conforte son statut d’école portée sur l’international. 60% des étudiants chinois, après 3 ans à Shanghai, séjournent ainsi en France pour un cycle ingénieur ou master. Parmi eux, 52% obtiennent un diplôme français d’ingénieurs et 8% un diplôme de master UT. Tous obtiennent le diplôme de licence (bachelor) de l’université de Shanghai. Réciproquement, près de 140 étudiants des universités de technologie se sont rendus à Shanghai durant l’année académique 2017-2018.

« L'UTC est une école très internationale. Moi j'ai pu effectuer mon premier stage à Berlin. J'ai pu découvrir la beauté de la recherche. Certes, la recherche fondamentale ce n'est pas vraiment le destin de l'ingénieur. Mais j'ai pu découvrir d'autres cultures. J'aurai peut-être un futur professionnel à Shanghai », confie Tuya Zheng, 25 ans, future diplômée en génie biologique. L’UTseuS permet en effet, grâce aux nombreuses possibilités de mobilité, de former des ingénieurs chinois aux besoins des entreprises françaises qui s’exportent en Chine et de former des ingénieurs français à devenir compétents sur le marché du travail chinois, tout en acquérant de nouvelles méthodes de travail et en ajoutant une forte dimension internationale à leur carrière.

Pour Donghan Jin, président de l’université de Shanghai, UTseuS est le terreau fertile de compétences partagées. « Au final, ces étudiants vivent une expérience hors norme fondée sur le développement d'une puissante interculturalité. »  


Visites estivales de l’UTseus : l’utile et L’agréable

Courant juillet dernier, 40 étudiants chinois ont pu profiter d'un voyage mixant découverte de la culture française et visites de grandes d'entreprises picardes. Une première réussite pour le réseau UTseuS qui a d'ores et déjà prévu de renouveler l’expérience l'été prochain en doublant le nombre de participants issus de l'UTC, de l'UTT et de l'UTBM. « Les objectifs sont nombreux : motiver les étudiants, améliorer leur niveau de français et leur faire découvrir la culture de ce beau pays », résume Baoxia Chen, chargée de la mobilité des étudiants étrangers. Tous ont donc pu aller à la rencontre des dirigeants et des équipes de Poclain Hydraulics à Verberie, leader mondial des transmissions hydrostatiques, ou encore du centre de production de tracteurs, AGCO de Beauvais.