Soundsuit, la musique personnalisée pour point de vente

A l'UTC, il y a une vie après les cours. Et, ce qui n'est qu'un passe-temps, peut amener à créer sa startup. Mikaël Bourdon, diplômé en 2000 en génie mécanique, en est l'exemple parfait. Passionné de musique, impliqué dans plusieurs associations musicales, et DJ lors de soirées étudiantes à l'UTC, il a créé en 2014 Soundsuit, un service de streaming de musique dédié aux points de vente.

Soundsuit, la musique personnalisée pour point de vente

Comment vous est venu l'idée de proposer un système de diffusion de musique dédié aux magasins ?

Lorsque j'allais dans un magasin, j'étais toujours un peu étonné par le fossé qui existait entre la musique qui passait, la déco du lieu, le style de clientèle et le moment de la journée. Les systèmes existants n'étaient pas personnalisables et frustrants pour les employés, qui entendaient la même musique se répéter jour après jour. De plus, un gestionnaire de boutique ou de restaurant n'a pas le temps de sélectionner de nouveaux titres chaque jour et de les playlister dans un ordre logique pour couvrir 8 h d’ouverture de magasin.
J’ai alors réalisé qu'il y avait une vraie demande des commerçants pour un système qui permettrait de diffuser, de manière simple et peu onéreuse, une musique adaptée et personnalisée à leur point-de-vente. Mais, lorsque j'ai eu cette idée, les systèmes d’intelligence artificielle et les technologies cloud n'étaient pas encore abordables et simples à mettre en œuvre. J'ai donc attendu 2014 pour déposer mon idée, en participant à un concours de création d’entreprise, avant de lancer Soundsuit en 2016.

Quel a été le plus gros défi dans ce projet ?

Dans notre cas, l’intérêt n'est pas d'avoir accès à toutes les musiques, mais d'avoir la bonne chanson au bon moment via une solution numérique engendrant le minimum d'effort de la part du professionnel qui l'utilise. Notre solution ne propose donc que très peu de fonctionnalités. Elle est le fruit d'un gros travail sur l’ergonomie, que nous avons réalisé selon des approches de « Design Thinking » et de « User-Centered Design». Le vrai challenge a été de bâtir une base de données musicales adaptée au marché professionnel (hôtellerie, gastronomie, luxe, mode, événementiel, etc.) et de développer une intelligence artificielle, qui contextualise et « pense » comme un DJ en temps réel.
En amont de notre algorithme, il y a une phase de « fingerprinting », durant laquelle chaque fichier musical intégré dans notre base de données est scanné, analysé puis catégorisé, tant quantitativement que qualitativement, grâce à des techniques de Digital Signal Processing. Nous avons ensuite une petite équipe de « music lovers » en interne qui vérifie que la catégorisation automatisée des fichiers est correcte. 

Comment ça marche pour l'utilisateur ?

Quand un utilisateur s'abonne à notre service, il va renseigner en ligne quelques critères non musicaux : la catégorie de clients visée, le type de point de vente (boutique, restaurant, coiffeur...), la décoration du lieu... Comme un véritable DJ, notre algorithme va utiliser ces données pour sélectionner la musique et va adapter l’ambiance musicale tout au long de la journée. L’utilisateur peut ensuite « sauter » ou aimer une chanson, ou solliciter une atmosphère plus rythmée ou plus calme, ce qui va permettre à notre algorithme de personnaliser l'ambiance musicale au fil du temps.

Quel est votre objectif pour 2018 ?

Nous avons lancé notre solution en Allemagne il y a un an maintenant, en travaillant avec les boutiques de meubles design Bo Concept. Notre objectif commercial pour 2018, c'est de conquérir de nouveaux secteurs (clubs de fitness, « social areas » dans les entreprises) et de nous étendre en Europe.

Le futur de Soundsuit passera aussi, à plus long terme, par l'internet des objets. L’intégration avec des plateformes comme Nest, Netatmo, etc. permettrait à Soundsuit, via les informations relevées par les capteurs en point de vente, de recevoir en temps réel des données (température, nombre de clients, niveau sonore, etc.) et d'adapter la musique de façon encore plus pertinente. Quant à l’intégration d’assistants vocaux, cela permettrait à l’employé du point de vente d’ajuster l’ambiance musicale encore plus simplement, comme auparavant le gérant d’une boutique dialoguait avec le DJ. Tout change, et rien ne change finalement !

Soundsuit