Articles

Vitibot, du centre d'innovation aux vignobles français

La vie associative est très riche à l'UTC : sport, danse, fablab, junior entreprise... Les étudiants sont donc encouragés tout au long de leur cursus à rejoindre l'une des nombreuses associations proposées. Un choix qui peut s'avérer bien moins anodin qu'il n'y parait. Ainsi, Cédric Bache, qui avait rejoint l'association de robotique UTCoupe à son entrée à l'UTC, vient de créer Vitibot, sa startup en robotique.

Vitibot, du centre d'innovation aux vignobles français

Pour Cédric Bache, diplômé en 2015 en Génie Informatique, la participation à l'association UTCoupe a surtout été la découverte d'une passion pour la robotique. Quant à la startup, l'idée lui est venue naturellement : " c'est parce que mes parents sont viticulteurs que j'ai pensé à appliquer mes connaissances en robotique dans ce domaine, en automatisant un véhicule déjà utilisé dans les vignes".

Cédric Bache a ensuite commencé à développer son projet au sein même de l'UTC avec Virgile Wozny (étudiant en Génie Informatique), en choisissant les UVs qui correspondaient le mieux à leur idée : "dans le cadre d'une UV de réalité virtuelle, nous avons modélisé des vignes, ainsi que notre robot et ses capteurs et nous avons également suivi une UV traitant des véhicules autonomes. Nous réutilisons aujourd'hui beaucoup d'éléments que nous avons développé dans ces UVs, notamment ceux qui concernent les capteurs et les systèmes de contrôle et de guidage automatique." 

Sur le papier, le principe de Vitibot est très simple : prendre un véhicule déjà utilisé par les viticulteurs, et le rendre complètement autonome et contrôlable à distance en le reliant à un ordinateur. Le robot est équipé de capteurs laser et ultrason, d'un capteur GPS et de deux caméras pour obtenir une vision complète de son environnement. Il est également équipé de puces pour se connecter au réseau mobile.

Cette automatisation offre de nombreux avantages, détaillés par Cédric : " tout d'abord, le véhicule peut servir à plusieurs usages : traitements, désherbage mécanique, systèmes de pulvérisation... Ensuite, notre robot permet au viticulteur d’éviter les risques liés au retournement de l’appareil sur les terrains en pente et l'exposition aux produits chimiques. Enfin, il peut travailler la nuit et ainsi utiliser moins de produits chimiques car les conditions sont meilleures : pas de soleil, moins de vent et de pluie. Par ailleurs, le fait qu'il soit relié à un ordinateur permet de le superviser en temps réel, de l'aider quand il a un doute vis à vis de son environnement."

Pour commencer, les deux entrepreneurs comptent proposer ce robot en prestation aux viticulteurs : "Nous allons nous charger de livrer le véhicule sur la parcelle et de le programmer, ce qui nous permettra de faire tourner nos premiers prototypes tout en garantissant un résultat parfait aux viticulteurs." Pour cela, la startup vient d'être rejointe par un autre diplômé de l'UTC, Thomas Recouvreux, qui va leur apporter ses connaissances de développeur et d'entrepreneur, puisqu'il est cofondateur de la startup Nemopay, rachetée en décembre 2015 par Weezevent, acteur de la billetterie et de l’inscription en ligne.

A long terme, la startup prévoit aussi de construire son propre véhicule : "il sera très compact, puisque qu'automatisé, et entièrement électrique, ce qui permettra de récupérer l’énergie cinétique accumulée dans les descentes des parcelles en pente. Nous espérons pouvoir mettre en test un premier prototype fin 2017." 

Cf. http://www.vitibot.fr/