Articles

Des conducteurs connectés pour mieux gérer des flottes de bus

Pouvoir consulter en temps réel les horaires de son bus sur son téléphone ou à l'arrêt, voilà qui semble aujourd'hui presque indispensable. Problème, les équipements existants sont lourds et chers, ne permettant pas aux petites compagnies exploitantes de s'équiper. C'est alors que Grégoire Piffault et son associé ont eu une idée simple mais géniale : équiper les chauffeurs de bus de smartphones munis d'une application permettant de les localiser. Tout simplement.

Des conducteurs connectés pour mieux gérer des flottes de bus

C'est alors qu'ils travaillaient tous les deux pour Systra, une grande entreprise de transport en commun, que Grégoire Piffault, diplômé en Génie des Systèmes Urbains en 2008, et Nicolas Jaulin, s'aperçoivent que les systèmes existant nécessitent entre autre l’installation de matériel lourd dans les bus. "Ce qui fait qu'aujourd'hui, les trois quarts des compagnies n'ont pas de système de suivi, analyse Grégoire. Nous nous sommes alors dit que les nouvelles technologies permettaient d'offrir les même fonctionnalités, tout en étant beaucoup plus simples et économiques."

Les deux associés décident donc de créer leur startup, Pysae, en 2014. Son principe est simple : "Nous importons les horaires, l'emplacement des arrêts, etc. dans notre système, car nous disposons de nos propres serveurs pour héberger toutes les données, détaille Grégoire... Ensuite, les conducteurs sont équipés d'un smartphone muni de notre application, ce qui nous permet de localiser chaque bus en temps réel". Ces informations sont basculées sur l'application à destination des voyageurs, où sont regroupés tous les réseaux équipés par Pysae. "Mais, comme nous leur fournissons toutes les données, nos clients peuvent développer leur propre application, faire des analyses de trafic ou installer des bornes informatives aux arrêts", complète le jeune entrepreneur.

 

La startup a récemment développé un système permettant de valider des badges, par exemple pour les réseaux scolaires, avec des appareils là encore plus légers que les validateurs actuels, et reliés au téléphone du conducteur. Ces coûts de fonctionnement réduits permettent à de petits exploitants (communes, départements, transports scolaires, pays en voie de développement...) de s’équiper. 

"En fait, nous vendons à l'exploitant un abonnement dépendant du nombre de véhicules connectés et des prestations complémentaires fournies" précise Grégoire. La ville de Dole et le département Loire Atlantique utilisent déjà Pysae, et un contrat a été signé avec EDF pour une navette circulant au sein d'une centrale nucléaire.

Actuellement, les deux associés viennent de lever des fonds pour se développer en Europe et à l'international, "et nous venons également d’accueillir un gros actionnaire, qui a pris une participation minoritaire dans l'entreprise, Vinci Energie" conclue Grégoire.

Pysae