Dossier

43 : Les docteurs, acteurs clés de l’innovation

Dans un monde où l’innovation – en particulier technologique – occupe une place croissante, les compétences des docteurs spécialistes des sciences de l’ingénieur et notamment des docteurs ingénieurs apparaissent de plus en plus stratégiques. L’UTC entend préparer ses étudiants à cette nouvelle donne.

43 : Les docteurs, acteurs clés de l’innovation

Il travaille sur la voiture du futur

Après une thèse dans le domaine des aides à la conduite, Clément Zinoune a intégré une équipe dédiée au véhicule autonome à la direction de la recherche de Renault.

 Un diplôme d’ingénieur en génie mécanique de l’UTC, spécialité mécatronique et robotisation des systèmes et, en parallèle, un master sur la dynamique de vol et le contrôle des drones à l’université britannique de Cranfield. Clément Zinoune aurait pu s’arrêter là… Mais, à Cranfield, il a passé un semestre sur un projet de recherche qui l’a convaincu de poursuivre en doctorat. Un choix plus que judicieux.

 En 2011, il a été recruté en Cifre par Renault pour réaliser une thèse sur les aides à la conduite, sous la direction de Philippe Bonnifait, du laboratoire Heudiasyc. « A l’époque, Renault s’orientait vers des aides exploitant les informations fournies par la cartographie du système de navigation du véhicule : par exemple, avertir automatiquement le conducteur s’il aborde trop vite un virage qui, sur la carte, apparaît serré. Or les cartes des systèmes de navigation comportent des erreurs. Mes recherches ont donc porté sur l’élaboration d’une méthodologie destinée à les identifier et à les corriger : lorsque le véhicule passe plusieurs fois au même endroit, il compare la trajectoire réelle à celle indiquée par le système de navigation, ce qui permet de rectifier la cartographie et de fiabiliser les aides à la conduite. Je ne voulais pas faire de la recherche pure et dure, à 100 % dans un laboratoire, mais travailler sur des sujets innovants tout en restant en lien avec l’industrie : pour moi, ce contrat Cifre a été un compromis idéal. »

 Un tremplin efficace

Clément Zinoune a soutenu sa thèse en 2014 et a immédiatement été embauché à la direction de la recherche de Renault, dans une équipe nouvellement créée et dédiée à un sujet très stratégique : le véhicule autonome. « Au début nous n’étions que deux et j’étais chargé de développer l’utilisation de la cartographie pour le véhicule, ce qui était en lien direct avec ma thèse, mais aussi d’étudier quelle intelligence mettre dans la voiture pour sa navigation, ce qui était plus nouveau pour moi. Maintenant, nous sommes quinze et je coordonne le développement des différentes briques constituant l’intelligence du véhicule, chacune ayant un pilote. »

 Pour certaines briques, en particulier la localisation de la voiture et la perception de son environnement, Renault travaille avec Heudiasyc, qui a fait du véhicule autonome un thème phare de ses recherches. Une coopération qui, en mars 2017, a donné lieu à la création d’un laboratoire commun aux deux partenaires, SivaLab (voir page 2) et dont le jeune chercheur est partie prenante.