Rechercher
Generic filters

Réflexions sur la greffe de visage

Près de treize ans après la pre­mière greffe par­tielle de vis­age réal­isée par le pro­fesseur Bernard Devauchelle au CHU d’Amiens est pub­lié l’ou­vrage « Faire face, faire vis­age » dans la col­lec­tion Encre marine des Belles Let­tres. Cette aven­ture sci­en­tifique, tech­nologique et humaine hors du com­mun se dévoile à tra­vers des témoignages et analy­ses de médecins, philosophes et patients.

Le livre est l’un des sup­ports réal­isés dans le cadre du pro­gramme sci­en­tifique Tech­nolo­gies et traces de l’homme piloté par le lab­o­ra­toire COSTECH de l’UTC qui s’est notam­ment inter­rogé sur le sujet de la trans­plan­ta­tion. Il est le résul­tat d’un tra­vail de recherche orig­i­nal mené par plusieurs chercheurs en Philoso­phie, en immer­sion pen­dant quinze jours dans le ser­vice de chirurgie max­il­lo-faciale de l’hôpi­tal d’Amiens. 

Cette expéri­ence a per­mis à François Seb­bah, lui-même ancien directeur du lab­o­ra­toire Costech et aujourd’hui pro­fesseur de philoso­phie morale con­tem­po­raine à l’Université Paris Nan­terre et à Aurore Mré­jen, doc­teure en Philoso­phie, chercheuse au LCSP (lab­o­ra­toire du Change­ment social et poli­tique — Paris Diderot) de con­fron­ter la théorie dévelop­pée par le philosophe Emmanuel Lév­inas sur le rôle du vis­age dans le rap­port à autrui avec la réal­ité vécue par le per­son­nel médi­cal et les patients. Dépas­sant la sim­ple dimen­sion théorique, cette approche per­met d’ap­pro­fondir le débat au-delà de la sim­ple prob­lé­ma­tique esthé­tique. Quand est-il légitime de faire courir les risques d’une greffe de  vis­age à un patient en bonne santé ? 

La réponse ne sem­ble pou­voir être don­née qu’au cas par cas. Le texte de Sophie Cré­mades, psy­chi­a­tre au CHU d’Amiens et les témoignages de deux per­son­nes ayant béné­fi­cié d’une chirurgie recon­struc­trice mon­trent le rôle com­plexe du vis­age dans l’es­time de soi et ses rela­tions avec les autres. A tra­vers ces dif­férents points de vue, il appa­raît que le vis­age bien plus qu’un organe est la mar­que de notre human­ité avec ses sen­ti­ments et sa vul­néra­bil­ité. L’équipe médi­cale pluridis­ci­plinaire mobil­isée autour des gref­fés du vis­age prend en compte toutes ces dimen­sions psy­chologiques et sociales. 

Une approche pluridisciplinaire

Les qua­tre textes qui com­posent ce livre racon­tent la greffe de vis­age et ten­tent, cha­cun à leur manière, autant qu’ils le peu­vent, de porter cette expéri­ence à l’expression de son sens. Ils s’entrelacent et se font écho. 

La troisième par­tie est un entre­tien avec Bernard Devauchelle, chef du ser­vice de chirurgie max­il­lo-faciale du CHU d’Amiens. Ce texte mon­tre notam­ment la néces­sité de con­cili­er la vir­tu­osité tech­nique néces­saire à une inter­ven­tion très com­plexe avec une com­préhen­sion de la per­son­nal­ité pour restituer un vis­age vivant, reflet des sen­ti­ments et de l’his­toire de son pro­prié­taire. Le prati­cien a accueil­li avec ent­hou­si­asme la mis­sion de ces uni­ver­si­taires étrangers au monde médi­cal : « L’in­ter­dis­ci­pli­nar­ité est au cœur de notre manière de faire, depuis 20 ans nous menons des pro­jets avec des his­to­riens, soci­o­logues, anthro­po­logues et ingénieurs, nous atta­chons une grande impor­tance à la recherche et à l’innovation ». 

Pas­sion­né d’art, d’his­toire et de philoso­phie, ce pro­fesseur de chirurgie atyp­ique mène de nom­breux pro­jets extra­hos­pi­tal­iers avec l’In­sti­tut Faire Face — PIA — dont il est co-fon­da­teur. Cette struc­ture mène des recherch­es dans une optique à la fois médi­cale, tech­nologique et human­iste. Expo­si­tion et ouvrage sur la guerre 14–18 en parte­nar­i­at avec une uni­ver­sité anglaise ou encore regards croisés sur les métiers de restau­ra­teurs tra­vail­lant sur les vis­ages de la cathé­drale d’Amiens et celui de chirurgiens soignant des patients, les col­lab­o­ra­tions sont fécon­des et ouvrent des per­spec­tives nova­tri­ces. Le livre « Faire face, faire vis­age » trou­ve pleine­ment sa place au sein de ces ini­tia­tives ouvertes sur les sci­ences humaines et la société. 

Faire face, faire visage. 

Amiens, Hôpi­tal Nord, dix ans après la pre­mière greffe.

Col­lec­tion encre marine, édi­tions Les Belles lettres

Le magazine

linkedin facebook pinterest youtube rss twitter instagram facebook-blank rss-blank linkedin-blank pinterest youtube twitter instagram