Dossier

06 : Les systèmes complexes : sécurité, transports, TIC, environnement...

06 : Les systèmes complexes : sécurité, transports, TIC, environnement...

Un consortium international autour des systèmes embarqués

Trois questions à Véronique Cherfaoui, enseignant-chercheur au sein du laboratoire Heudiasyc et coordinatrice à l’UTC du projet PREDIMap.

Le projet PREDIMap est à l’origine de la naissance d’un consortium international autour de l’utilisation des cartes numériques 3D dans la perception des véhicules intelligents.

Ce projet est d’abord le fruit d’une coopération naissante entre l’université de Pékin (PKU), le laboratoire Heudiasyc de l’UTC et le LIAMA (Laboratoire franco-chinois à Pékin). Ces laboratoires, qui travaillent sur la perception des véhicules intelligents, ont souhaité mener une action collaborative sur l’utilisation des cartes numériques pour la perception dynamique et la compréhension de scène. Mais déjà d’autres laboratoires, spécialistes de l’information spatiale et des cartes numériques 3D (dont le laboratoire MATIS de l’IGN et le CSIS de l’université de Tokyo) ont rejoint le consortium, intéressés par ce projet.

Quel est le rôle joué par les cartes numériques 3D dans la perception dynamique des véhicules intelligents ?

Il est central. La complexité et la diversité des scènes qui composent l’environnement d’un véhicule, et ce sur différentes échelles de temps, nous imposent aujourd’hui à considérer la carte au niveau de la rue selon deux composantes : une première statique - graphe de routes, usage, marquages, panneaux, etc… - et une seconde, celle-ci dynamique : trafic, variations saisonnières… Or, différentes études menées sur l’utilisation des cartes numériques 3D pour les véhicules intelligents ont montré que ces cartes ne sont pas, pour le moment, adaptées aux besoins. La plupart des bases de données géographiques actuelles sont en effet générées par des technologies aériennes ou satellitaires, qui peuvent certes couvrir des zones relativement larges, mais ne parviennent pas à capter les détails au niveau de la rue tels que les marquages au sol, la signalisation routière ou les zébras. Autant d’éléments pourtant essentiels pour les véhicules intelligents dans leur tâche d’aide à la conduite.

PREDIMap s’attachera donc d’ici 2013 à définir et spécifier de nouvelles cartes numériques 3D ?

On pourra, pour ce faire, se baser d’une part sur la bonne connaissance des cartes construites et utilisées en robotique mobile, et d’autre part, sur la bonne maîtrise des chaînes de production des cartes numériques créées pour les Systèmes d’Informations Géographiques (SIG) et l’aide à la navigation.