Portraits

L’international, la clé pour une carrière dans la recherche

Céline Mahieux est directeur Recherche et Développement. Sa motivation : l’international et l’utilisation des ressources au niveau mondial. Portrait…

L’international, la clé pour une carrière dans la recherche

Au début des années 1990, son bac en poche, Céline Mahieux opte pour l’UTC. La raison : « L’ouverture internationale de l’UTC et les possibilités multiples de séjourner a l’étranger ». Près de 20 ans plus tard, l’international reste au cœur de la carrière de l’ingénieur UTC. « J’ai quitté la France en 1995, avant la fin de mon cursus à l’UTC, pour faire un double diplôme aux Etats-Unis avec Virginia Tech ». A la fin de son master, Céline décide de rester aux Etats Unis pour faire son doctorat, au cours duquel elle développe des activités de "consulting" pour différentes compagnies. « Une expérience immédiate de l’internationale » confesse aujourd’hui Céline. Dès la fin de son doctorat, elle déménage en Suisse alémanique, où elle travaille maintenant depuis plus de 12 ans et où son fils de 5 ans a la chance aujourd’hui de fréquenter « une maternelle où il y a plus de nationalités que d’enfants, certains enfants ayant la double nationalité ».

Entourée de « très bons managers et leaders, mais aussi de véritables scientifiques » qu’elle considère a posteriori comme ses « mentors », l’ingénieur UTC va successivement intégrer ABB Corporate Research et le groupe Alstom, dont elle deviendra directeur des programmes de Capture et Séquestration du CO2 pour les centrales électriques puis directeur des programmes de R&D pour l’optimisation des centrales thermiques. « Alstom comme ABB sont présents dans plus de 100 pays, précise Céline. J’ai ainsi toujours occupé des fonctions transverses, tant au niveau technique que managérial, s’appliquant aux unités de différents pays. Aujourd’hui mes projets de recherches sont exécutés partout dans le monde, en Asie, en Europe ou encore aux Etats-Unis ». Au sein de ces larges corporations internationales, elle y côtoie une ambiance toujours multiculturelle. « Certains départements d’une vingtaine de personnes regroupent jusqu’à 15 nationalités différentes ». Dans son métier, Céline n’en n’oublie pas, par ailleurs, de publier périodiquement dans des revues internationales, ce qui est « la clé pour une carrière dans la recherche ».

Aujourd’hui directeur de la R&D Energies renouvelables d’ABB Corporate Research, Céline s’assure d’un « dialogue sain et constant » entre les différentes équipes qu’elle anime. « Processus structurés et esprits créatifs se repoussent parfois comme deux aimants de même polarité, admet-elle. Le rôle du leader est de réussir leur association, soumise de surcroit à une politique de résultats. Il nous est en effet nécessaire de mener un nombre significatif de projets dont une issue positive a une forte probabilité, même s’il importe dans un même temps de mener quelques actions à plus hauts risques, souvent des activités de recherche, et à plus grand impact. Ces dernières permettent d’ailleurs le plus souvent à l’entreprise de développer des produits réellement innovants et différenciants ». Pour ce faire, ses maitres mots restent la passion, la curiosité et l’ouverture d’esprit. « Un bon ingénieur est souvent bien plus un humaniste qu’un simple mathématicien » assure-t-elle. C’est d’ailleurs pour cette raison que Céline propose régulièrement des stages à des étudiants ingénieurs de l’UTC, à qui elle reconnaît volontiers des qualités de savoir être. « Je n’ai à ce jour jamais été déçue ! ».

Bio express

  • 1973 : naît à Téhéran
  • 1996 : diplômée de l’UTC en génie mécanique
  • 1997 : est récompensée du Prix Torgersen pour sa thèse de master
  • 1997-1999 : obtient son doctorat en matériaux et mécanique au Virginia Polytechnic Institute (USA), avant d’y devenir chef de projet – chercheur dans le domaine des composites-polymères
  • 1999-2001 : devient chef de projet - responsable de l’activité composites structurels chez ABB Corporate Research (Suisse)
  • 2002-2008 : Rejoint le groupe ALSTOM en qualité de Manager R&D Matériaux pour les alternateurs hydroélectriques puis directeur du Management du changement pour ALSTOM Power
  • 2004 : reçoit le prix de l’innovation internationale pour les composites, dans la catégorie internationale
  • 2006 : publie un livre sur la dégradation des composites en milieu industriel (Elsevier)
  • 2008-2011 : devient directeur de recherche et développement au sein du groupe ALSTOM
  • 2008 : reçoit le prix du meilleur parcours des anciens étudiants à Virginia Tech
  • 2011 : prend la direction de la R&D Énergies renouvelables d’ABB