Articles

L’innovation et la compétitivité des entreprises

Arnaud Montebourg, ministre du Redressement productif dans le gouvernement de Jean-Marc Ayrault, nous livre sa vision sur l’innovation.

L’innovation et la compétitivité des entreprises

Vous êtes un des acteurs principaux de l’orientation du développement industriel de la France. Quelle place doit selon vous occuper l’innovation dans la compétitivité des entreprises françaises ?

Pour sortir de la crise que nous traversons, l’innovation est un moteur de l’odyssée industrielle que va mener le ministère du redressement productif. L’innovation doit être au coeur de la stratégie de chaque entreprise française, car chaque entreprise doit innover pour croître et exporter. Notre croissance future dépend de notre capacité à favoriser l’émergence en France de ruptures et de progrès scientifiques, technologiques, marketing ou organisationnel. Des ruptures et des progrès mais également des rencontres et une circulation des idées. L’innovation suppose la rencontre d’un besoin et d’une nouvelle manière de faire. Développer et financer la recherche appliquée ne conduit pas spontanément à la création de succès commerciaux : il faut au contraire créer des écosystèmes propices à la créativité, qui doivent être imaginés sur le long terme. Notre pays est face à un défi au long cours qui profitera aux générations futures. Aux États-Unis par exemple, 20% de l’économie sont liés à de nouveaux acteurs qui n’existaient pas il y a 40 ans.

L’UTC est un acteur majeur de deux pôles de compétitivité à vocation mondiale et lauréate de plusieurs investissements d’avenir (IEED, Labex, Robotex, IRT …), en particulier dans les domaines de la chimie du végétal, de la robotique ou des systèmes de systèmes… En quoi ces outils et structures sont-ils des leviers de l’innovation ?

Les investissements d’avenir sont des leviers forts de l’État pour susciter l’innovation. Les pôles de compétitivité permettent également d’accélérer fortement le déploiement de l’innovation et la croissance des entreprises. Le gouvernement va les renforcer, pour qu’ils dépassent leur rôle "d’usine à projets de R&D" et deviennent des "usines à produits d’avenir". Au delà des outils, il est nécessaire que l’État redevienne stratège, qu’il contribue à concevoir les produits de demain, à découvrir les niches dans lesquelles la France pourra devenir un leader économique mondial incontournable.

L’UTC crée un centre d’innovation visant la mise en place d’un écosystème réunissant à la fois des étudiants, des industriels, des enseignants-chercheurs, des associations… Quelles pourraient être vos attentes vis-à-vis d’une université de technologie comme l’UTC pour stimuler et développer toujours plus l’innovation ?

Tout d’abord, je suggérerais de poursuivre le développement de votre écosystème, de maintenir votre dynamisme et votre vitalité. Je suis persuadé qu’il ne faut pas suivre machinalement les tendances mondiales, mais plutôt s’efforcer d’identifier les technologies ou niches qui peuvent profiter à la France, celles qui nous permettront de développer l’activité française, car c’est ainsi que nous redresserons ensemble le pays.