Une ex-Utcéenne lean manager au Vietnam

Formée au génie biologique, puis au management Julie Le Bourvellec a rejoint le groupe Décathlon au Vietnam dans le cadre d’un Volontariat International en Entreprise. Sa mission ? Améliorer la production d’un fournisseur partenaire pour le groupe Décathlon.

Une ex-Utcéenne lean manager au Vietnam

Si le groupe Décathlon fait rêver ses clients en leur proposant une vaste gamme d'article de sports, il permet aussi à de jeunes ingénieurs de vivre une première expérience professionnelle hors des sentiers battus. " J'encadre depuis un an l'organisation de la production d'une usine partenaire de 2000 personnes " explique Julie Le Bourvellec, actuellement chez Décathlon Vietnam dans le cadre d'un Volontariat International en Entreprise (VIE). Après avoir suivi un cursus de génie biologique à l'UTC, la jeune femme profite des filières transversales pour s'intéresser au management de projets innovants. " Cette filière sensibilise les étudiants à la gestion de projets, dans différents secteurs et types de projets " souligne-t-elle. Elle permet d'appréhender le travail en groupe " et notamment de travailler avec des personnalités et des façons de faire parfois différentes des nôtres " précise-t-elle en rajoutant qu'elle ne s'imaginait pas faire sa carrière comme ingénieur en biologie.

De la bio au management

Après un stage de six mois en Islande comme ingénieur de recherche sur l'étude de l'écosystème marin (notamment la culture et l'identification de bactéries), Julie Le Bourvellec choisit de passer par un master spécialisé à Centrale Paris (Management Industriel, Projets et Supply Chain). Dans la foulé, elle part au Cambodge pour un stage de 6 mois en gestion de production, dans une usine textile. Elle est ensuite embauchée par Décathlon Vietnam en tant que lean manager dans le département textiles. Au quotidien, elle et son équipe travaillent directement chez un fournisseur partenaire afin d'améliorer le cadre de la production.

Au-delà de la langue

" Mon activité consiste à étudier le fonctionnement global de l'usine, de la coupe des pièces de tissus, à la production sur chaîne, en passant par la gestion des stocks. L'objectif est d'améliorer les process, les outils et les méthodes chez le fournisseur partenaire " explique Julie Le Bourvellec. Bien sûr, aucun des 2000 employés de l'usine ne parlent anglais et la jeune femme doit user de gestes, de dessins et de quelques bases en vietnamien pour tenter de se faire comprendre. " Heureusement, mes collègues de Decathlon qui parlent anglais sont toujours présents pour m'aider et faciliter les échanges avec le partenaire " souligne-t-elle sans s'émouvoir de la situation parfois délicate. Elle reconnaît qu'il est souvent difficile de se faire comprendre, bien au-delà de la seule barrière de la langue. Cette compréhension est pourtant indispensable dans ce poste, le lean management étant une culture du management essentiellement basée sur la participation des employés aux choix d'organisation.

Vous avez dit lean management ?

Originaire du Japon, ce mode de gestion implique la présence du manager sur le lieu de production pour observer les situations et prendre en compte les conditions de travail des employés. L'objectif consiste de transformer les pratiques en supprimant tout ce qui n'apporte pas de valeur ajoutée et en veillant à éliminer les gaspillages. Cette démarche s'applique au fonctionnement des équipements, aux méthodes de travail, ou encore à l'organisation des taches et à la structure globale de fonctionnement. " Notre position est particulière dans l'usine du fournisseur " explique Julie Le Bourvellec, " Décathlon est client et en même temps partenaire engagé à aider ses fournisseurs à améliorer continuellement la production ". Une relation particulière dans un contexte non moins particulier : Le fournisseur en question dédie la totalité de sa production à son unique client, Décathlon. En poste au Vietnam depuis un an, Julie Le Bourvellec vient de renouveler son VIE pour une année supplémentaire. Elle souhaite ensuite poursuivre son expérience décathlonienne dans la zone Asie, éventuellement dans des pays comme la Chine et l'Inde. Stratégiques pour l'enseigne d'articles de sports, un développement sur la région pourrait offrir à la jeune femme de nouveaux challenges et d'intéressantes perspectives de carrière.