Dossier

41 : L’UTC dévoile sa feuille de route d’ici à 2023

D’ici à la fin d’année, le HCERES évaluera tous les laboratoires de recherche de l’UTC sur la période 2012-2017. A cette occasion, l’université a actualisé sa politique scientifique pour le prochain contrat quinquennal (2018-2023). Zoom sur ses grandes orientations et leur déclinaison dans ses différentes unités de recherche.

41 : L’UTC dévoile sa feuille de route d’ici à 2023

Costech : la recherche technologique en sciences humaines et sociales

Costech (Connaissance, organisation et systèmes techniques) est un laboratoire de sciences humaines et sociales dans une école d’ingénieur, ce qui reste assez rare, mais, de plus, il occupe une place à part dans le champ des humanités. Axé sur les relations entre homme, technique et société, il a fait des technologies à la fois l’objet et le support de ses recherches. Une spécificité qu’il entend encore davantage affirmer dans les années à venir.

Développer des recherches technologiques en sciences humaines et sociales sur les milieux sociotechniques contemporains. En résumant ainsi son projet pour le prochain contrat quinquennal, Costech revendique plus que jamais sa singularité. « Nous explorons une nouvelle voie de recherche associant sciences de l’homme et sciences pour l’ingénieur, souligne son directeur, Serge Bouchardon. Une voie qui ne se réduit pas à étudier l’acceptation sociale de nouveaux systèmes techniques. Il s’agit de penser la technologie – ses implications humaines, sociales, économiques, éthiques… Ce qui suppose notamment de participer à la réalisation de dispositifs sociotechniques dès l’amont des projets, dans une logique de coconception, pour les expérimenter avec des utilisateurs, en analyser les effets et les usages, et produire des connaissances scientifiques. Nous nous inscrivons donc pleinement dans la philosophie de l’UTC : comprendre pour faire et faire pour comprendre. »

Costech interagit ainsi de plus en plus avec les autres laboratoires de l’université, en contribuant à leurs travaux et en faisant appel à leur expertise pour ses propres projets. L’un de ses grands enjeux à venir sera de conforter cette dynamique. Son atout pour y parvenir : les approches originales que déploient ses trois équipes pour nourrir la recherche technologique.

 

Trois équipes intervenant à des échelles différentes

L’équipe CRED (Cognitive Research and Enaction Design) explore les interactions entre l’homme et son environnement via la technique. Elle travaille notamment sur les situations de handicap, face auxquelles elle a imaginé un nouveau paradigme : la suppléance perceptive. Autrement dit, proposer des dispositifs ne remplaçant pas la fonction déficiente, mais offrant une expérience nouvelle de perception. Avec BMBI et Heudiasyc, elle a conçu Tactos, un système permettant à un aveugle de percevoir les formes affichées sur un écran d’ordinateur ou de smartphone (icones, fenêtres…) grâce à un retour tactile. Puis elle a élargi ses travaux aux malentendants et aux autistes, l’idée étant que les outils pour les personnes handicapées peuvent aussi déboucher sur des applications tout public.

L’équipe EPIN (Écritures, pratiques et interactions numériques) étudie les nouvelles pratiques sociales autour du numérique. Elle s’intéresse, entre autres, à la fracture numérique, avec, là aussi, un concept singulier, celui de littératie numérique : transmettre aux citoyens les fondamentaux nécessaires pour acquérir une pratique éclairée et réflexive des outils numériques, comprendre leurs implications (par exemple, les traces numériques laissées sur les réseaux), mais également les possibles qu’ils ouvrent.

De son côté, l’équipe CRI (Complexités, réseaux et innovation) explore le passage d’un capitalisme industriel à un capitalisme cognitif, largement fondé sur le numérique et les actifs immatériels : confiance, réputation, aptitude au travail coopératif… Elle étudie aussi l’innovation, qui, pour s’épanouir, nécessite, à ses yeux, un milieu et des outils propices à la créativité. Exemple emblématique : la Table tactile interactive conçue avec l’équipe CRED et Heudiasyc. Ce système numérique collaboratif permet aux acteurs d’un projet de cocréer, modifier et partager post-it, tableaux, images et autres documents virtuels. Les observations ont montré qu’il favorisait une meilleure répartition de la parole entre les contributeurs, le foisonnement des idées et donc l’intelligence collective.

 

Synergies autour des care technologies

Pour mieux dynamiser cette recherche technologique en sciences humaines et sociales, Costech entend renforcer les synergies entre ses équipes et avec les autres unités de l’UTC. A l’avenir, le laboratoire travaillera donc en particulier sur deux axes transversaux. Le premier porte sur les care technologies : tous les dispositifs participant au soin et à l’attention portés à autrui, ainsi qu’au lien social, qu’ils s’adressent à des personnes malades, handicapées ou valides. Au cœur du concept de suppléance perceptive de l’équipe CRED, cette thématique a déjà fait l’objet de quelques travaux dans l’équipe CRI (notamment sur les smart hôpitaux) et va donner lieu à des projets dans l’équipe EPIN. Elle recoupe également les recherches de BMBI sur les technologies de la santé , auxquelles Costech contribue de plus en plus. Le laboratoire a par exemple mené une étude sur l’acceptabilité de la télémédecine par les personnes âgées diabétiques pour leur maintien à domicile et copilote avec BMBI un travail sur les dispositifs d’hémodialyse en institution de soin et à domicile.

 

Coopérer avec le numérique

En construction, le second axe – « Coopérer avec le numérique » – fait l’objet de recherches dans les trois équipes : EPIN (notamment sur l’écriture collaborative), CRED (sur l’Internet tactile) et surtout CRI (économie contributive, outils collaboratifs…). Là encore, il est donc source de synergies au sein de Costech, mais aussi avec les autres laboratoires de l’UTC, dont nombre de projets intègrent une dimension numérique et collaborative. Enfin, il offre un potentiel prometteur en formation, puisqu’il recoupe le projet du département Technologies et sciences de l’homme auquel Costech est rattaché : « Coopérer avec le numérique en milieu interculturel ».