Dossier

34 : Sorbonne Université et l'interdisciplinarité

Les rapprochements entre universités restent toujours des sujets politiquement sensibles. Et trouver la position de l’UTC dans une Comue encadrée par les deux grandes universités que sont Paris Sorbonne et l'UPMC ne va pas sans poser quelques questions. Entre autres, celle de la technologie et de sa place dans le monde des sciences traditionnelles. Celle des sciences humaines et sociales ou des arts et lettres est une force intégrée depuis l'origine dans les travaux de recherche et la pédagogie de l'UTC.

34 : Sorbonne Université et l'interdisciplinarité

Sorbonne Université et l'interdisciplinarité

Par Yann Moulier-Boutang

Les rapprochements entre universités restent toujours des sujets politiquement sensibles. Et trouver la position de l'UTC dans une Comue encadrée par les deux grandes universités que sont Paris 4 et Paris 6 ne va pas sans poser quelques questions. Entre autres, celle de la technologie et de sa place dans le monde des sciences traditionnelles.

Alors que les deux grandes universités s'appuient sur une maîtrise de la recherche et de l'enseignement des sciences naturelles et des humanités, elles n'entrevoient la technologie que comme une conséquence de ces sciences. Par exemple, L'UPMC propose des formations d'ingénieurs mais perçoit la technologie comme une conséquence de son statut d'établissement scientifique. Pour l'UTC la technologie est une science de la technique. L'étude du fait et faire de la technique constituent une science à part entière, qui, à la différence des sciences de la nature, ne s'intéresse pas à ce qui est mais à ce que l'homme est susceptible de construire. Sans pour autant perdre de vu que chacune s'appuient l'une sur l'autre. Cependant, cette différence n'est pas une opposition, mais permet une composition entraînant des complémentarités fécondes.

Dans son approche globale de la technologie, et donc en prenant en compte les sciences humaines et sociales, l'UTC ouvre un espace entre Paris 4 et Paris 6 et fait office de chaînon manquant. Par exemple, en matière de technologie pour la santé, l'UTC intègre aussi bien l'innovation scientifique et technique en terme d'équipement que la prise en compte des personnes.

Comme le premier objectif de Sorbonne Universités consiste à constituer une communauté afin d'ouvrir de nouvelles opportunités pour la recherche, cette complémentarité ouvre la possibilité aux chercheurs de construire des partenariats avec des collègues peu accessibles hors de ce cadre. Jusqu'à présent, chacun a cherché à identifier des partenaires potentiels dans la Comue et à élaborer des projets afin de construire la Comue. Cette phase arrive aujourd'hui à maturité et Sorbonne Universités se retrouve à un tournant.

Dans ce cadre, l'UTC entend conforter et apporter cette vision de la technologie et l'intégrer dans un ensemble d'un niveau d'excellence reconnu internationalement dont on vient de montrer l'intérêt et la cohérence. Un des enjeux à présent consiste, pour les chercheurs, à dépasser une simple logique de projet pour utiliser les capacités d'ouverture et de structuration offertes par la Comue. Les Chaires ou les Instituts récemment mis en place mobilisent ainsi des programmes de recherche fortement structurés dont les bénéfices dépassent le seul effet d'aubaine financière et l'opportunisme de projet.

L'UTC a su trouver sa place dans cette nouvelle dynamique en s'impliquant dans la santé, le patrimoine, les humanités, la musicologie, l'environnement et l'écologie, les thématiques portées par les cinq futurs instituts de Sorbonne Universités. A travers SU, elle met également en place des opérations de vie de campus partagée et des innovations pédagogiques à mutualiser. Au delà de leurs relations classiquement complexes ou stéréotypées, la technologie, les arts, les sciences et les lettres peuvent avancer de concert dans le cadre de Sorbonne Universités.