Dossier

18 : Ils créent, inventent et imaginent le futur

18 : Ils créent, inventent et imaginent le futur

Il imagine le biocarburant du futur

Et si l'avenir des biocarburants résidait dans une simple bactérie robuste naturellement et adaptée aux procédés industriels ?

Pour le moment, les biocarburants dits de " première génération ", comme le bioéthanol, sont issus de la fermentation du glucose, obtenu après divers prétraitements et hydrolyse enzymatique de composants de la biomasse comme les betteraves, le blé, le maïs ou encore la canne à sucre... " Deinove a décidé de mettre à profit les capacités exceptionnelles d'une bactérie appelée déinocoque pour véritablement changer de paradigme dans la production de biocarburant " explique son directeur général Jacques Biton.

La déinocoque présente en effet plusieurs propriétés intéressantes, et d'abord celle de digérer non seulement le glucose mais également une partie de la biomasse non directement fermentescible comme les divers résidus regroupés sous le nom de matières premières ligno-cellulosiques (déchets forestiers, de pailles de céréales, de feuilles de betterave). " Capables non seulement de digérer les sucres simples, mais aussi les polymères complexes qui composent la biomasse végétale, les déinocoques peuvent ainsi être utilisées comme de véritables usines bactériennes pour valoriser les résidus végétaux en produits industriels, souligne Jacques Biton. Ces bactéries sont également les organismes vivants les plus résistants aux radiations et autres stress physiques et chimiques. Elles résistent par exemple à des doses de radiations 50 000 fois supérieures à la dose mortelle pour l'homme. Une bactérie de choix donc pour supporter les conditions industrielles souvent drastiques ".

Découverte en 1956 lors d'expériences réalisées pour déterminer si des boites de conserves pouvaient être stérilisées par de grandes doses de rayons gamma, la bactérie déinocoque dispose en effet d'une structure cellulaire particulière lui permettant de régénérer son génome et ainsi " ressusciter " quelques heures après sa mort. " Une boîte de viande en conserve fut exposée à une dose de radiation supposée tuer toute forme de vie connue, détaille Jacques Biton. Une bactérie s'est alors révélée résistante : la déinocoque ". Un demi-siècle plus tard, Déinove était créée en 2006 pour exploiter ces propriétés et développer des projets novateurs écologiques et économiques dans les domaines des biocarburants et de la chimie verte, à travers la production de composés d'intérêt industriel ou pharmaceutique plus performants et plus respectueux de l'environnement.