Dossier

14 : Tout savoir sur les investissement d'avenir à l'UTC

14 : Tout savoir sur les investissement d'avenir à l'UTC

L’UTC lauréate dans deux projets "Equipex"

Doté au total d'un milliard d'euros, cet appel à projets permettra aux laboratoires français d'acquérir des équipements scientifiques de pointe leur permettant de réaliser des travaux de recherche au meilleur niveau mondial, au service de l'accroissement des connaissances et de l'innovation. Sur les 336 projets reçus pour ce premier appel lancé en juin 2010 et sur la base des évaluations et recommandations d'un jury international, présidé par Philippe Le Prestre, professeur et directeur de l'institut Hydro-Québec (Canada), seuls 52 projets ont été retenus. L'UTC est impliquée dans deux de ces projets lauréats : Robotex et Figures.

Robotex : un réseau de 15 laboratoires en robotique

Devenue incontournable dans les secteurs de la santé, de l'aéronautique, des transports et de la sécurité civile ou militaire, la robotique occupe actuellement en France une place de choix. 3ème pays au monde en termes de publications après les Etats-Unis et le Japon, la France compte pas moins de 1000 chercheurs en robotique. " Même si ses avancées scientifiques s'appuient d'abord sur des intégrations matériel-logiciel à partir des technologies de capteurs, d'actionneurs, de programmation et de logiciel embarqué, la robotique emprunte aux sciences de l'information et de l'ingénieur dans leur globalité, en faisant appel tant à la mécanique, l'électronique, l'informatique et aux sciences de l'homme " détaille Philippe Bonnifait, enseignant-chercheur au sein du laboratoire Heudiasyc de l'UTC, désigné en 2010 par l'INSIS-CNRS comme nœud d'animation du réseau national de plateformes en robotique mobile. Classé 1er ex æquo parmi les 52 projets lauréats de la première vague de l'appel à projets, le projet Robotex, auquel le laboratoire Heudiasyc participe, devrait faciliter une mise en réseau de ces principaux acteurs de la recherche en robotique issus de 15 laboratoires différents, et donc de leurs infrastructures, leurs équipements techniques et leurs expertises scientifiques. Investi depuis plus de 20 ans dans le domaine des véhicules intelligents, le laboratoire de l'UTC s'intéressera plus spécifiquement à des thématiques de robotique mobile. Le développement par l'UTC, en partenariat avec la société Induct, de véhicules électriques urbains robotisés, est par exemple d'ores et déjà envisagé. " L'UTC sera bientôt en mesure de proposer une robotisation de " 0 à 110 km/h " de ces véhicules via un ensemble de capteurs intégrés qui analyseront trajectoire, vitesse, distance de freinage... explique Philippe Bonnifait. Une robotisation d'abord complète à basse vitesse, puis partielle à allure plus rapide ". Les fonds obtenus dans le cadre de ces équipements d'excellence permettront aussi la création, à proximité du centre d'innovation de l'UTC, d'un terrain d'expérimentation et d'une volière extérieure, pour l'étude de la stabilité et du contrôle d'une flotte de mini-drônes aériens en environnement naturel. Les exemples d'applications s'avèrent en effet déjà nombreux : observations des champs agricoles, surveillance du trafic routier ou des zones à risque (centrale nucléaire), auscultation d'ouvrages d'art ou de lignes à haute tension, interventions par suite de sinistres ou catastrophes naturelles...

FIGURES : une recherche pluridisciplinaire au service de la défiguration

 

Faire de la défiguration/refiguration, au même titre que d'autres grandes causes ou pathologies comme la transplantation ou la vision, un objet d'attention scientifique, un sujet de formation et un enjeu de société. Telle est la démarche originale proposée par le projet Figures*, récent lauréat de l'appel à projets " équipements d'excellence " et coordonné à l'UTC par le laboratoire Biomécanique et Bioingénierie (BMBI). En outre, si des organismes de recherche hospitaliers, des fondations ou des lieux d'apprentissage chirurgical existent à travers le monde, aucune de ces structures ne concentre encore, en un même lieu, moyens humains et matériels permettant d'aborder la défiguration comme un objet de recherche pluridisciplinaire. " Nos compétences sont appropriées pour effectuer de la recherche pluridisciplinaire avec les cliniciens spécialisés autour des conséquences d'une défiguration ou d'une greffe suite à une chirurgie maxillo-faciale, confirme Marie-Christine Ho-Ba-Tho, directrice du laboratoire BMBI. Deux équipes de notre laboratoire sont d'ailleurs déjà engagées dans des programmes nationaux et régionaux dans les domaines de l'ingénierie tissulaire pour la reconstruction osseuse et de la biomécanique, comme la modélisation des mouvements du visage, la conception et l'évaluation de prothèses et d'implants, sans oublier les aspects de perception et d'expression du visage ". Pluridisciplinaire, cette recherche associera deux autres laboratoires de l'UTC. Le laboratoire Roberval s'attachera par exemple à déterminer des indicateurs ou mesures quantitatives servant à évaluer la mimique faciale. A terme, un modèle 4D faisant intervenir la dimension temporelle du mouvement des muscles peauciers est un des résultats recherchés. Dans le domaine des sciences humaines et sociales, le laboratoire Costech proposera d'ouvrir une réflexion sur la capacité de l'humain à changer de regard sur la défiguration.

* Facing Faces Institute GUiding RESearch, porté par le CHU d'Amiens et le professeur Bernard Devauchelle

Téléchargements