Dossier

14 : Tout savoir sur les investissement d'avenir à l'UTC

14 : Tout savoir sur les investissement d'avenir à l'UTC

Bienfaiteur de la chimie verte

Si les 19ème et 20ème siècles ont été les siècles du charbon et du pétrole, le 21ème siècle sera celui du végétal. Cet adage, Dominique Charlemagne en a fait sien. Ingénieur chimiste de formation, il aurait en effet rapidement pu, dès la fin de ses études, intégrer un grand groupe de l’industrie chimique et y faire carrière. Il s’intéresse pourtant très tôt aux biotechnologies et rejoint l’UTC, « le pôle de recherche et d’enseignement alors le plus en pointe dans le domaine, se souvient-il. Les biotechnologies, contrairement à la chimie lourde, représentaient une discipline jeune, offrant toute sa place à l’innovation, et dans laquelle l’UTC était reconnue comme un des leaders ». Son DEA en biotechnologies en poche, Dominique Charlemagne a l’opportunité, à la fin de son année de service militaire, de s’investir dans une thèse CIFRE au sein de la société Novance (ex-Robbe), spécialiste de l’oléochimie dans les domaines des revêtements, de l’agrochimie et de la formulation industrielle. Objectif pour le jeune doctorant : initier pas moins que la filière de la chimie verte au sein du groupe, en imaginant des produits issus de la valorisation des huiles végétales naturelles.

Au début des années 90, alors que l’Union européenne introduit la jachère obligatoire, se développent en effet les productions agricoles destinées à des valorisations industrielles, comme celles de colza destinées à la production de diester utilisé comme carburant en mélange dans le gazole. « La source de matière première végétale devenait abondante, explique Dominique Charlemagne. L’idée germait que l’on pouvait peut-être remplacer la chimie minérale par la chimie végétale. Une vision rapidement concrétisée par les biocarburants, dans lesquels la filière oléagineuse s’est investie avec succès, la filière française étant devenue, à mon sens, un exemple de réussite ». Le pressant de soutenir sa thèse le plus rapidement possible, Novance lui propose alors immédiatement un poste de responsable R&D. Accompagné par un commercial, Dominique Charlemagne va ainsi parcourir l’Europe pendant près de huit années et convaincre ses interlocuteurs du bienfondé de la démarche "chimie verte", mais surtout des marchés potentiels représentés par quatre nouvelles références de produits directement issus de la chimie du végétal. « Dans un fort contexte de développement, nous avons ainsi fait évolué le chiffre d’affaires de notre activité de 1,5 à 8 millions d’euros en moins de 4 ans » s’enthousiasme le docteur UTC.

Mais l’envie de relever un nouveau challenge se fait sentir pour ce passionné de voile, alors qu’un poste en production est vacant sur le site de Novance. Après discussion avec son directeur général, il devient responsable d’un, puis de plusieurs ateliers de production de diester et de distillation de glycérine, encadrant pour ce faire une équipe d’une quarantaine de personnes. « La production était comme une boîte noire, beaucoup de choses étaient alors à imaginer ou ré-inventer. J’ai ainsi par exemple mis en place un ensemble d’outils de management liés à la sécurité et à la gestion des risques ». Depuis 2010, il est responsable des opérations et gère l’ensemble des services opérationnels du site : production, maintenance, supply-chain, contrôle qualité… « À ce titre, je dois avoir une vision du site à court et moyen terme. Qu’y fabriquerat-on dans 3 ou 5 ans ? Quels produits seront-ils développés demain ? ». Autant de questions auxquelles Dominique Charlemagne devra répondre dans son rôle « d’interface entre l’ingénieur et le chercheur » pour faire de Novance et de son groupe Sofiprotéol, notamment au sein de l’IEED* Pivert, le premier centre d’excellence en oléochimie d’Europe.

Bio express

  • 1989 : diplômé ingénieur de l’ENSI de Caen, spécialité « chimie fine et synthèse organique »
  • 1990 : rejoint l’UTC et son DEA de biotechnologies
  • 1994 : obtient son doctorat en biotechnologies à l’UTC : « Synthèse enzymatique de tensioactifs non-ioniques »
  • 1994 : intègre Novance (ex-Robbe) en qualité de responsable R&D puis de responsable technique
  • 2001 : devient responsable production de plusieurs ateliers
  • 2010 : est promu responsable des opérations pour l’ensemble du site Novance