Articles

Le Quartier de l’innovation de Montréal

Un vaste projet de mobilisation ayant pour but de positionner Montréal, au Québec, en tant que ville de savoir et de créativité de portée internationale est présentement en cours. L’École de technologie supérieure (ÉTS) pilote le développement d’un quartier scientifique urbain contemporain, le Quartier de l’innovation (QI), en périphérie de son campus universitaire.

Le Quartier de l’innovation de Montréal

L’Université McGill, un établissement d’enseignement anglophone qui jouit d’une réputation internationale, en particulier en matière de recherche, s’est jointe à l’ÉTS dans un esprit de collaboration afin d’assumer conjointement le leadership du projet. McGill et l’ÉTS travaillent ensemble avec les gouvernements locaux (ville de Montréal et ses arrondissements), ceux du Canada et du Québec, les promoteurs institutionnels et privés ainsi que les entreprises déjà implantées qui animent ce quartier, pour lui donner une image de marque forte afin de stimuler l’attraction, le maintien et le développement d’entreprises innovantes.

La mission du QI s’inscrit dans le positionnement stratégique impulsé par la Ville, axé sur le créneau « Montréal, ville de savoir et de créativité » : développer autour de l’ÉTS un quartier de grande qualité urbaine regroupant une communauté dynamique, créative et engagée qui, par une collaboration proactive avec l’université, encourage l’attraction et le développement d’entreprises innovantes et de programmes académiques et scientifiques de portée internationale adaptés aux besoins du milieu.

La mission du Quartier de l’innovation ne se limite pas à son impact industriel, scientifique et technologique mais visera également l’innovation urbaine, sociale et culturelle. L’objectif est de créer un quartier qui ne vive pas uniquement au rythme des entreprises qui s’y installeront, mais également à celui de la population qui l’habitera et y travaillera. Le projet vise à créer un milieu de vie de qualité, diversifié et propre à attirer davantage de résidents, de commerces de proximité, une activité culturelle et des services publics modernes.

Un complément stratégique

Le Quartier de l’innovation permettra de miser sur les forces respectives de l’ÉTS et de McGill, une complémentarité stratégique manifeste. L’ÉTS est la 1re école en génie au Québec et la 3e au Canada pour le nombre total de diplômes de premier cycle décernés annuellement. Près de 40 % de ses fonds de R&D, d’environ 20 millions de dollars , sont des contrats de recherche avec plus de 200 entreprises. Université classée au 19e rang à l’échelle internationale, McGill compte l’un des plus importants portfolios de brevets parmi les universités canadiennes. Elle reçoit plus de 430 millions de dollars annuellement en fonds dédiés à la recherche et accueille plus de 7 000 étudiants étrangers.

« Notre vision est axée sur le rôle catalyseur que peuvent avoir des établissements universitaires tels l’ÉTS et McGill comme leviers de rétention, d’attraction et de développement économique en relation avec les entreprises, a précisé Yves Beauchamp, directeur général de l’ÉTS. Comme les cégeps (établissements publics d’enseignement collégial général ou professionnel) sont associés à la démarche, par leurs centres de transfert technologique (CTT), c’est donc une offre de services intégrés à laquelle les entreprises auront accès. Montréal est une ville internationalement reconnue pour sa créativité. Il est tout à fait logique de promouvoir un environnement scientifique et technologique urbain de portée internationale. Le Quartier de l’innovation sera un véritable écosystème urbain propice à l’innovation. »

« Pour rester dans la course à l’échelle internationale, le Québec se doit de saisir les opportunités qu’offre le formidable esprit de créativité et d’entreprenariat qui nous caractérise, a ajouté Heather Munroe-Blum, principale et vice-chancelière de l’Université McGill. Ce projet unique nous permettra de soutenir et mettre en valeur l’immense talent de nos étudiants et chercheurs en favorisant l’application et la commercialisation de leurs découvertes. »

L’objectif étant de développer un village urbain intégré autour d’une thématique scientifique et technologique dont l’ÉTS, enrichi par la présence à ses côtés de l’Université McGill, sera l’épicentre, regroupant des centres de recherche, des « cellules d’innovations », de grandes entreprises, des habitations, des services de proximité, des commerces et des infrastructures spécialisées offrant des activités culturelles et sportives de première classe.

Le QI est localisé dans le quartier Griffintown, au cœur d’un quartier en pleine transformation. Dans la foulée du développement de l’ÉTS, des promoteurs ont été rapidement enthousiasmés et ont construit, sur des terrains vacants à proximité de notre campus, des complexes d’habitation modernes et fonctionnels. Des centaines de résidants les occupent aujourd’hui et animent notre quartier. De plus, au cours de la prochaine décennie, les investissements potentiels se chiffrent à plus de 6 milliards de dollars en termes de développement immobilier et de réfection d’infrastructures.

Pourquoi un tel projet et pourquoi l’ÉTS et McGill s’engagent-elles dans cette voie ? Tout d’abord, à cause de nos vocations résolument engagées dans la voie de l’innovation en support au développement de nos entreprises. À titre d’illustration, l’ÉTS a connu une croissance fulgurante au cours de la dernière décennie. L’École a pratiquement doublé la taille de son campus, le nombre de ses professeurs, son budget, son personnel et son offre de programmes d’études.

La seconde raison de notre engagement se justifie par notre localisation à la porte du centre-ville de Montréal dans un quartier en pleine régénération. En fait, le campus de l’ÉTS est situé au centre de la plus importante concentration de spécialistes des secteurs des TI et du multimédia au Canada.

Nous avions le choix d’être passif et d’assumer le « changement » ou encore de l’influencer pour permettre la revitalisation d’un milieu de vie environnant équilibré et propice au développement harmonieux d’un partenariat universitaire ÉTS / McGill nouveau et résolument tourné vers l’avenir.

De meilleures pratiques à intégrer

Cependant, au rythme de la mobilisation générée et de l’engouement pour le développement de ce quartier historique de Montréal, de nouvelles réalités ont été mises en évidence et sont devenues des priorités à intégrer dans ses orientations. Les dimensions suivantes ont notamment émané des différentes consultations :

 L’urgence d’une synergie accrue entre les acteurs industriels technologiques implantés au sein du Quartier;
 La valorisation des aspects de culture populaire pour animer la vie du QI;
 L’importance de la qualité de la trame urbaine en réponse à des préoccupations de développement durable.

Le défi du QI est d’intégrer ces aspirations au sein du quartier et de ses partenaires du Grand Montréal, dans la perspective de développer un environnement « accélérateur » de collaborations industrielles exploitant toutes les meilleures pratiques des nouveaux écosystèmes d’innovation.

Valeurs rattachées au QI

Certaines valeurs se dégagent des sessions de travail et de remue-méninges, des visites et des opérations de benchmarking internationales et de nombreux témoignages de spécialistes des villes créatives :

 Un quartier inclusif, permettant entre autres une véritable innovation ouverte entre grandes entreprises et PME, entre institutions et citoyens, entre experts de différentes facultés et de secteurs technologiques diversifiés.
 Un quartier fédérateur, participant activement au réseau des parcs scientifiques, industriels et autres technopôles de la région et partageant connaissances et contacts pour favoriser la compétitivité internationale de Montréal.
 Un modèle de gouvernance respectant les acteurs du milieu et favorisant la répartition des coûts en relation avec la création de richesse générée par la mise en valeur du quartier.

Acteurs du milieu et leurs besoins

Plusieurs objectifs complémentaires animent les travaux actuels qui doivent mener à la définition des orientations et surtout au mode de gouvernance du Quartier de l’innovation. Cette diversité d’objectifs émane des différents acteurs en présence :

  •  L’Université McGill et l’ÉTS;
  • Les grands propriétaires immobiliers;
  • Les regroupements de propriétaires résidentiels;
  • Les entreprises et commerçants;
  • Les acteurs du développement économique et de l’entrepreneurship;
  • La Ville de Montréal et les arrondissements;
  • Les gouvernements du Québec et du Canada.

Objectifs à poursuivre

Ces acteurs se regroupent autour de quatre grands groupes d’objectifs :

 

  • L’innovation scientifique : l’’objectif est, autour de projets structurants et d’initiatives de type laboratoires spécialisés, d’offrir aux étudiants et chercheurs des plates-formes de développement et d’expérimentation, de portée internationale, auxquelles les entreprises pourront s’intégrer facilement. Pourquoi ? Parce que le Grand Montréal est la capitale universitaire du Canada.
  • L’innovation industrielle : les entreprises nous ont confirmé des besoins urgents pour assurer leur compétitivité face aux tourmentes économiques et technologiques actuelles : formation de ressources à tous les niveaux de spécialisation; transfert de connaissances, veille et formation continue sur les nouvelles technologies; réseau de collaboration entre entreprises et avec les universités relatif à des projets structurants menés par l’industrie. Pourquoi ? Parce que le Grand Montréal occupe la 7e position en Amérique du Nord pour la concentration d’emplois en haute technologie, soit 1 travailleur sur 10.
  • L’innovation sociale : les regroupements de citoyens et les organismes de développement économique et social du quartier sont dynamiques et mobilisés; leurs objectifs sont différents mais convergents : créer un milieu de vie de qualité et de croissance propre à attirer et retenir toutes les clientèles de résidents (jeunes, familles, retraités), des commerces de proximité diversifiés, une riche animation culturelle et des services publics modernes. Pourquoi ? Parce que notre métropole est abordable, qu’il fait bon y travailler, y vivre et se divertir.
  • L’innovation urbaine : une grande unanimité supporte une planification urbaine audacieuse et respectueuse des nouvelles aspirations des citoyens. Par une utilisation optimum de nouvelles approches et technologies, la vision est de devenir une référence en développement durable, en services de la ville à ses citoyens, en transport public et en gestion des infrastructures communes. Pourquoi ? Parce que Montréal possède des infrastructures de qualité bien utilisées.

Si nous avons souligné la grande diversité d’acteurs dans le milieu, nous notons cependant une grande convergence des besoins, des attentes et des aspirations. Étant donné la nature des lieux où tout est possible, la grande écoute des promoteurs qui y voient l’occasion de créer un milieu générateur de retombées économiques importantes, le dynamisme de l’ÉTS, de l’Université McGill et des institutions de développement ainsi que la volonté de la Ville et des arrondissements de créer un environnement de marque, tout est en place pour créer un Quartier de l’innovation aux ambitions de « Montréal, Ville de savoir et de créativité ».

Conclusion

Forts des analyses des nouvelles tendances bouleversant le monde de l’innovation et des valeurs à intégrer dans ses fondements, nos orientations retenues pour le QI constituent un tableau exigeant, mais en tous points représentatif des actifs uniques qui le composent et des acteurs qui l’habitent. Voilà donc résumé notre rêve et comment nous entendons qu’il devienne réalité. Comme tout entrepreneur, nous sommes engagés à relever un très grand défi, pour lequel il n’existe pas de livre de recettes. Cependant, nous savons qu’un tel projet se doit d’être une démarche ouverte et que nous devrons nous adapter aux prérogatives de tous et chacun, sans perdre de vue le but ultime : c’est par l’innovation que nous allons faire progresser nos institutions du savoir et nos économies, celle du Québec en particulier.

Par Olivier Audet, agent d’information
École de technologie supérieure (ÉTS)
Montréal, Québec (Canada)
www.etsmtl.cawwww.etsmtl.ca

À propos de l’ÉTS

L’École de technologie supérieure est l’une des neuf constituantes de l’Université du Québec. Elle forme des ingénieurs et des chercheurs reconnus pour leur approche pratique et innovatrice, le développement de nouvelles technologies et leur transfert en entreprise. Près d’un ingénieur sur quatre au Québec est diplômé de l’ÉTS, qui compte 6 000 étudiants, dont plus de 1 350 aux cycles supérieurs. Spécialisée dans la formation appliquée et la recherche en génie, elle entretient un partenariat unique avec le milieu des affaires et l’industrie. Pour en savoir plus

À propos de l’Université McGill

Fondée à Montréal, au Québec, en 1821, l’Université McGill se classe comme chef de file parmi les universités canadiennes. McGill compte deux campus, 11 facultés, 10 écoles professionnelles, 300 programmes d’études et au-delà de 36 000 étudiants, dont 8 300 aux cycles supérieurs. McGill accueille des étudiants originaires de plus de 150 pays, ses 7 200 étudiants étrangers représentant 20 pour cent de sa population étudiante. La langue maternelle de près de la moitié des étudiants de McGill – dont plus de 6 200 francophones – est autre que l’anglais. Pour en savoir plus