Chronique

Après le crowdfunding, le crowdlending

Comment partager simplement les retombées économiques d’un parc éolien ? Le développeur éolien Valorem se pose la question depuis longtemps. Et, pour la première fois en France, grâce au financement participatif, c’est possible ! En lançant une opération de financement participatif sur le site internet Lendosphere, Valorem permet à tous ceux qui le souhaitent de faire fructifier leur épargne tout en finançant les dernières étapes du chantier d’un parc éolien situé sur la plaine du Santerre, dans la Somme.

Après le crowdfunding, le crowdlending

Le principe est simple : les particuliers, en France, peuvent prêter directement à des entreprises et jouer le rôle de la banque depuis le 1er octobre dernier. En passant par des plateformes internet agréées, dont Lendosphere, il est possible de prêter jusqu’à 1.000€ par projet, avec des taux d’intérêt bien plus intéressants que les livrets A. Ainsi, pour l’opération lancée par Valorem, le taux d’intérêt annuel est fixé à 5%, et bonifié à 6% pour les Picards.
Objectif : associer les riverains au développement d’un parc éolien de huit turbines, pour une mise en production fin 2016. Jean-Yves Grandidier, président et fondateur de Valorem, l’explique : «  Valorem souhaite construire l’avenir de l’investissement citoyen pour les énergies renouvelables. Le financement participatif fait partie des solutions pour partager les retombées économiques des parcs éoliens avec leurs riverains. Si, en plus de leurs bénéfices environnementaux, les éoliennes peuvent représenter un produit d’épargne intéressant, alors tout le monde est gagnant ! Nous souhaitons multiplier et pérenniser cette solution de financement, qui s’intègre parfaitement dans la philosophie du groupe.  »

C’est une première en Picardie, où l’éolien est devenu en quelques années un secteur économique de premier plan. Avec la Champagne-Ardenne, la Région est la première de France en termes de puissance installée, et attire un grand nombre d’acteurs de la filière. Valorem a une agence à Amiens, et s’est associé au centre WindLab, qui propose des formations spécifiques notamment pour la maintenance des parcs éoliens. Par son offre de formations (Génie mécanique, Masters spécialisées, apprentissage, etc.), l’UTC a noué des liens avec certains acteurs de cette filière. Aujourd’hui, avec l’ouverture du financement participatif à l’activité du prêt rémunéré, autrefois réservé exclusivement aux banques, c’est une nouvelle façon d’associer le territoire au développement de cette filière d’énergie renouvelable.
Pour cette première, Valorem a lancé un emprunt plafonné à 250.000€, remboursable en 2 ans (huit échéances trimestrielles, intérêts et capital). « Le crowdlending représente une nouvelle épargne pour les Français. Le pari de Lendosphere est de nous donner à tous les moyens de choisir, à notre échelle et de façon rentable, le monde dans lequel nous souhaitons vivre. Chaque citoyen peut désormais flécher son épargne directement sur les projets auxquels il croit pour participer à la transition écologique locale et nationale  », conclut Laure Verhaeghe, co-fondatrice de Lendosphere.

Pour en savoir plus et prendre part à cette opération, rendez-vous sur www.lendosphere.com, la première plateforme de financement participatif en prêts rémunérés dédiée aux projets qui contribuent à la transition écologique.