Articles

Interview de Claude Gewerc, président du Conseil Régional de Picardie

Le Conseil régional de Picardie organisait en novembre dernier la "Semaine de la recherche et de l’innovation". Cette 5ème édition faisait la part belle aux projets picards lauréats des récents investissements d’avenir, qui offriront demain une visibilité internationale à la région Picardie. Retour sur 30 années d’engagement de la région en faveur de la recherche et de l’innovation, fruits d’une stratégie désormais déclinée à l’échelle européenne.

Interview de Claude Gewerc, président du Conseil Régional de Picardie

Questions à Claude Gewerc, président du Conseil Régional de Picardie

La Picardie figure parmi les premières régions françaises en termes d'investissements sur la R&D, le développement durable, l'innovation ou l'énergie-climat. Pourquoi la région Picardie mène-t-elle, depuis de si nombreuses années, une politique volontariste de soutien à la recherche ?

Il est vrai que l'enseignement supérieur et la recherche ne relèvent pas a priori de la compétence du Conseil Régional. Pourtant notre région y attache une importance toute particulière. Pourquoi ? Parce que la recherche et l'innovation sont les clés de l'économie de la connaissance. C'est dans les universités et les laboratoires picards comme l'UTC que s'invente le futur. Un futur qui n'a cependant de sens qu'associé au développement économique de notre région. La conviction de la Picardie a d'ailleurs toujours été la suivante : une stratégie industrielle appelle une stratégie de renforcement du potentiel de recherche. Les composantes "innovation" et "développement durable" constituent en effet la meilleure carte de visite d'une région pour attirer les entreprises. D'ailleurs, la recherche et l'innovation sont depuis longtemps en Picardie une réalité économique. Le projet PIVERT, qui préfigure ce que sera demain l'écosystème de la chimie verte, en est une preuve avec la création future d'un nombre conséquent d'emplois non délocalisables à travers la mise en place de bio-raffineries de proximité.

Cette stratégie d'innovation permet à la région Picardie d'être au coeur des projets de recherche nationaux et internationaux depuis maintenant plus de 30 ans.

La Picardie est une terre de tradition industrielle et agricole qui a été, dans les années 80, confrontée à des mutations de son appareil productif. Une réflexion sur la recherche en région s'est donc engagée au cours des Assises de la Recherche et de la Technologie organisées en 1981/1982. La région, l'État, les entreprises et les universités se lancèrent alors dans l'aventure des biotechnologies et des transports innovants. Les premiers centres de transfert voyaient d'ailleurs le jour. À l'aube des années 2000, cette dynamique de recherche et d'innovation s'est vue valider par les mutations de l'économie mondiale et connaissait un nouvel essor avec la création des pôles de compétitivité, i-Trans et le pôle "Industrie et Agro-ressources" (IAR), pour ne citer que ceux dans lesquels l'UTC joue un rôle majeur. Je tiens à préciser que le pôle IAR était jusqu'à peu le seul pôle de compétitivité en France présidé par un universitaire, en la personne de Daniel Thomas, professeur à l'UTC et pionnier dans le domaine des biotechnologies. Plus récemment, les investissements d'avenir sont venus conforter et consolider notre stratégie de recherche et d'innovation, fondée sur une culture du rapprochement entre les laboratoires et les entreprises.

Comment cette politique d'investissement régionale s'articule-t-elle avec celle de l'État et de l'Union Européenne ?

Dans ses relations internationales, la Picardie a favorisé un rapprochement avec la région libre de Thuringe (Allemagne) dans les domaines de la recherche et de l'innovation. Mais la région Picardie a toujours plaidé pour une meilleure articulation plus globale entre les politiques sectorielles de l'Union Européenne et les politiques territoriales. Dans le domaine des biocarburants, le pôle de compétitivité IAR a par exemple été le chef de file du projet européen Star-COLIBRI*, financé sur deux ans par l'Union Européenne. Ce projet s'est d'ailleurs conclu en 2011 par la remise d'une feuille de route à l'adresse de tous les acteurs européens de la bioraffinerie, industriels et organismes de recherche. Le réseau d'excellence ALISTORE**, coordonné par Jean-Marie Tarascon, directeur de l'Institut de chimie de Picardie, rassemble également les compétences de 16 groupes de recherche européens dans le domaine des batteries au lithium de 3ème génération. Ces programmes stratégiques européens, menés en cohérence avec notre politique régionale de renforcement du potentiel scientifique, permettent à notre région de focaliser sa stratégie de recherche et d'innovation sur seulement quelques axes forts, leur offrant ainsi une visibilité internationale accrue.

L'avenir de la recherche passe par les territoires. Comment d'après-vous revendiquer pour les régions un rôle toujours plus central dans la gouvernance de la recherche et l'innovation ?

Ce rôle est déjà central. Plus encore, la Picardie a su faire de la recherche un élément de fierté, voire d'identité régionale. J'ai été moi-même rapporteur de l'avis du comité des régions sur le thème : "Quand les défis deviennent des chances : vers un cadre stratégique commun pour le financement de la recherche et de l'innovation dans l'UE". Aujourd'hui, la région Picardie est l'une des régions françaises la plus en phase avec les stratégies de Lisbonne et de Göteborg, pour une économie compétitive et un développement durable de l'Union Européenne. Il s'agit du concept d'Earmarking, qui renvoie à un ciblage pour les régions des crédits d'intervention de l'Europe sur des thématiques restreintes relevant de la stratégie de Lisbonne, afin d'en maximiser l'effet de levier. 60 % des fonds programmés dans les régions classées en objectif "Convergence" et 75 % des fonds programmés dans les régions en objectif "Compétitivité" doivent ainsi contribuer à la mise en œuvre de la stratégie de Lisbonne.

* Strategic research TARgets for 2020 - COLlaboration Initiative on Bio RefIner

** Advanced LIthium energy STORagE system based on the use of nano-powders and nanocomposites electrode/electrolyte