Dossier

38 : Startup UTC - série II

Après la série I présentant quelques unes des start up UTC, nous vous offrons la série II qui se poursuivra ensuite sur le web, la webTV UTC et sur les réseaux. Elles sont, s'il en fallait, une preuve que l'UTC, de part sa pédagogie à la carte et son continuum formation/ recherche en favorisant l'épanouissement de ses étudiants, encourage l'expression de la créativité et de l'innovation.

38 : Startup UTC - série II

Reviatech : créer de la convivialité

Spécialiste de la formation technique 3D interactive, Reviatech a été créée par Romain Lelong et Mehdi Sbaouni. Pour eux, l’écosystème permet de formaliser et d’approfondir une tendance au dialogue déjà ancrée chez Reviatech.

 

Reviatech est capable de recréer un poste de travail industriel pour former les opérateurs sans danger, sans stopper la production, avec tout l’éventail possible des pannes et des alarmes. L’entreprise édite également des logiciels de formation 3D et s’oriente désormais vers la création d’environnements virtuels à but événementiel. Ses clients ? Areva, Continental, DCNS... Elle réalise 100 000 euros de chiffre d’affaires, et a conseillé l’UTC sur les équipements à intégrer dans la salle de réalité virtuelle du futur centre d’innovation. « Les relations que l’UTC développe avec les industriels sont très intéressantes pour nous, start up. Le centre d’innovation servira de hub et d’accélérateur pour échanger plus spontanément, plus facilement et créer des opportunités. Ainsi, un projet de muséographie avait déjà été évoqué, pour un affichage d’œuvres en 3D, mais il n’a pas encore abouti. Mehdi Sbaouni ajoute : « ce sont les petits déjeuners, les "after works", les démonstrations, les réunions, etc., dans ce repère physique et symbolique de l’écosystème qu’est le centre d’innovation. » qui révèlent des axes de développement.

Un projet de recherche collaborative emblématique

Reviatech mène déjà des projets de recherche collaborative avec des étudiants, notamment le projet Coyote qui fait appel à 40 étudiants en UV mécanique pour améliorer l’interface de formation virtuelle. C’est une véritable plus-value pour l’entreprise, car les personnes capables de tester une telle technologie ne courent pas les rues. Un autre projet, encore confidentiel mais « emblématique des futurs développements de l’écosystème », associe Reviatech, un industriel et l’UTC.
« L’écosystème permettra à d’autres entreprises de construire de telles relations avec l’UTC autour d’intérêts communs, et à Reviatech d’élargir sa connaissance sur la richesse des laboratoires de l’université. » Les deux chefs d’entreprise voient dans ce centre d’innovation l’occasion de communiquer sur des exemples concrets, de susciter des besoins et des envies, de détecter des porteurs de projet capables d’incarner les idées et d’informer sur les structures d’aides. « Passer de l’exception à la norme » résument-ils. n

 

        Visite hypermédia des laboratoires de l’UTC : www.utc.fr