Dossier

37 : Startup UTC - série I

Tous les secteurs verticaux sont touchés par les innovations numériques et par les tendances du Consumer Electronic Show (CES) qui est le plus grand événement mondial high-tech auquel assistaient 3 start up UTC.

37 : Startup UTC - série I

Start-up Pipplet : comprendre et se faire comprendre

Aujourd'hui, la maîtrise d'une langue étrangère, notamment de l'anglais, est indispensable dans le monde du travail. Comprendre et se faire comprendre par des personnes issues du monde entier, ayant donc une culture et des accents différents, est donc fondamental. Malheureusement, l'enseignement des langues, et en particulier celui de l'anglais, aujourd'hui dans le cursus scolaire et universitaire, ne répond pas à ce besoin précis. C'est  pour pallier à ce manque qu'intervient Pipplet, une startup fondée cette année par trois diplômés de l'UTC.

Pipplet se présente sous la forme d'un service d'évaluation en ligne dans les langues. Il a pour objectif d'évaluer la capacité d'une personne à communiquer, argumenter et faire passer des sentiments dans une langue étrangère.

L'oral est donc prédominant dans ce test, comme le confirme Baptiste Derongs : "Dans notre test, nous ne nous focalisons pas sur les connaissances grammaticales, comme c'est le cas dans l'apprentissage académique des langues, mais sur la capacité d'un individu à à comprendre un ensemble d'autres personnes et à se faire comprendre par elles. Il faut donc avoir déjà un minimum de connaissance dans la langue pour pouvoir utiliser le service, mais les questions sont adaptatives en fonction du niveau. En fait, même quelqu'un dont c'est la langue maternelle peut passer le test pour évaluer sa capacité à se faire comprendre par des non natifs."

C'est lors de leur séjour à Londres que l'idée de Pipplet est venue à Adrien, diplômé en Génie Informatique, Baptiste diplômé également en Génie Informatique et Matthieu ,diplômé en Génie mécanique. Ils décident alors de créer leur startup. "Grâce à l'UTC, on a réussi à avoir une belle complémentarité de compétences. Je m'occupe plus du développement commercial, explique Baptiste Derongs, tandis qu'Adrien est en charge des aspects technologique et Matthieu structure et défini notre produit. Nous sommes deux informaticiens et un Génie mécanique, et au final nous travaillons dans les sciences humaines. C'est ça l'esprit de l'UTC !"

La startup a été désignée lauréate en juillet 2015, dans la catégorie "en émergence", du concours I-Lab, organisé conjointement par la BPI et le Ministère de l'Enseignement supérieur et de la Recherche. "Nous avons obtenu la subvention maximale de 45 000€ pour accélérer notre développement, indique Baptiste. Pour l'instant, nous avons déjà conclu un partenariat avec La Sorbonne, Paris 6 et bientôt l'UTC. " Ce partenariat avec les universités permet à la startup de se bâtir rapidement un corpus d'utilisateurs venant des cinq continents. Notre objectif est d'avoir un échantillon représentatif du monde entier. Au final, un utilisateur va échanger avec entre 50 et 100 autres utilisateurs, de plusieurs pays, afin d'être mis en contact avec les différents accents " détaille Baptiste.

Toute personne qui s'inscrit au test va ensuite devoir répondre à une cinquantaine de questions : 25 questions où elle va s'exprimer et 25 questions où elle va devoir écouter un autre candidat et répondre à des questions concernant ce qu'il a dit. "Par exemple un utilisateur va expliquer comment aller de A à B sur une carte, et un second utilisateur va devoir trouver le point B en partant du point A. Si les deux candidats se sont compris, cela nous permet de valider la bonne compréhension et donc la question pour les deux candidats. Statistiquement, on arrive à avoir une note représentative de la capacité de la personne à comprendre et se faire comprendre."Pipplet repose sur un corpus de questions, ces dernières ont été élaborées avec l'aide d'un professionnel en linguistique. Le Test Pipplet est pour le moment disponible en anglais, mais son extension à d'autres langues est d'ores et déjà prévue.

"Notre système est potentiellement disponible en n'importe quelle langue, pourvu qu'on adapte les questions à la culture de la langue. Nous avons d'ailleurs déjà beaucoup de demandes pour développer le test en français. En fait, pour mettre en place le test dans une autre langue, il nous faut surtout un bon corpus de personnes parlant cette langue, dont certains pour lesquels c'est la langue maternelle," affirme Baptiste. L'objectif à plus long terme porte sur la reconnaissance du résultat obtenu à l'issu de ce test pour qu'il soit utilisable sur son CV par exemple.

"Les utilisateurs obtiendraient un score à la fin du test pour définir l'aisance à la communication des personnes, déclare Baptiste. Plus l'utilisation de Pipplet augmentera, plus la reconnaissance de la certification du niveau sera importante. Mais pour cela, il faut aussi que l'on s'assure de la méthode de passation du test, notamment pour vérifier qu'il ne se fasse pas aider par quelqu'un." Pipplet est pour le moment destiné principalement aux entreprises, notamment pour des tests de recrutement. L'évolution est, selon Baptiste : "de proposer des services personnalisées aux entreprises, par exemple de tester les capacités de communication des équipes, dans un domaine précis, comme l'automobile où la banque, et vers des pays particuliers, comme la Chine où l'Inde par exemple." Mais le test sera bientôt également disponible pour les particuliers qui voudraient évaluer leur capacité à communiquer.

http://www.pipplet.com