Dossier

37 : Startup UTC - série I

Tous les secteurs verticaux sont touchés par les innovations numériques et par les tendances du Consumer Electronic Show (CES) qui est le plus grand événement mondial high-tech auquel assistaient 3 start up UTC.

37 : Startup UTC - série I

Equisense, au carrefour entre équitation et innovation

Depuis quelques mois, le centre d'innovation accueille startups et entreprises qui y trouvent, en plus de locaux mis à disposition, un Fablab, conseils, plateformes techniques, etc. La startup Equisense en fait partie, depuis le mois d'avril. 

"Depuis avril, je travaille à temps plein sur le projet Equisense au Centre d'Innovation, annonce Benoît Blancher, diplômé en Génie des Systèmes mécaniques de l'UTC en 2015.

Comme nous travaillons sur un objet connecté, c'est vraiment pratique d'avoir le FabLab juste à côté. De plus, à l'UTC, on rencontre nos professeurs et on côtoie l'INPI, ainsi que d'autres étudiants avec des problématiques différentes. On peut aussi faire travailler des étudiants via des TX ou PR ou des ateliers projets. Par ailleurs, on travaille dans le domaine de l'équitation, et à Compiègne il y a l'Institut Français du Cheval et de l'Equitation, un centre de référence dans le domaine, ainsi que de nombreuses écuries. C'est un environnement très favorable pour nous.

" L'équitation, un domaine, que Benoît connait bien, lui en a fait pendant 10 ans, notamment en compétition. "J'ai remarqué qu'il n'y avait pas d'objet connecté dans le monde de l'équitation alors que c'est un sport où il y a un certain nombre de métriques très importantes pour la performance et le bien être du cheval : vitesse, équilibre, boiterie... A la suite d'un stage en été, dans une startup d'un ancien de l'UTC, qui faisait une lampe connectée reliée à un smartphone, je m'intéressais beaucoup à l'impression 3D et aux objets connectés."

Le premier projet développé au sein d'Equisense est un boîtier qui se fixe sur un cheval permettant de mesurer et d'analyser la locomotion du cheval, pour assurer un suivi des entraînements, même s'il y a plusieurs cavaliers. Il permet par exemple d'avoir une vision très précise d'un parcours d'obstacle, afin d'analyser les paramètres de performance et de progrès : amplitude des foulées, tracés, forme des sauts, vitesse,...

Il s'agit donc d'un outil de suivi global pour aider les cavaliers à adapter leur travail, et d'un outil d'analyse précis, facile à mettre en oeuvre. "Il est destiné à tous les cavaliers qui montent leur cheval plus d'une fois par semaine, ajoute Benoît Blancher. L'objectif est de permettre aux cavaliers, quelque soit leur niveau, de progresser et de prendre soin de leurs chevaux." [Pour cela, Il permet au cavalier d'entrer dans le système les soins que reçoit le cheval. Le système peut ensuite imprimer un rapport de suivi du travail. le vétérinaire peut ainsi suivre les résultats des traitements qu'il a donné, notamment au point de vue de la locomotion.] Le capteur présent est complètement autonome : il s'allume et détecte seul lorsqu'il est fixé sur un cheval, et il enregistre ensuite automatiquement les données récoltées et les envoie au téléphone, quand celui ci est à proximité.

"Dans un second temps, il sera même capable de différencier les chevaux," poursuit Benoît. L'interface du système est pour le moment disponible en anglais, français et allemand, et permet d'enregistrer plusieurs chevaux et plusieurs cavaliers. "On crée son profil et le profil de son cheval, que l'on peut partager ensuite avec d'autres cavaliers, explique Benoît. Il y aussi une interface spéciale pour les coach, qui peuvent ainsi suivre les entraînements, même lorsqu'ils ne sont pas présents. Nous proposerons également des offres spéciales pour les professionnels, notamment un système d'abonnement avec une flotte de capteurs fournie."

La startup teste depuis plusieurs mois des prototypes fonctionnels, et travaille déjà à la version commercialisable. "Nous avons déjà levé des fonds cet été, et nous nous préparons à lancer une campagne de collecte de fonds sur Kiskstarter fin octobre, pour nous ouvrir sur le marché américain très habitué à la technologie." La sortie est prévue dans le courant de l'année 2016.