Dossier

21 : L'esprit d'entreprendre à l'UTC

21 : L'esprit d'entreprendre à l'UTC

Un sujet complexe résolu : le traitement des pneus...

Aujourd’hui, les pneus usagés finissent en décharge ou dans les fours des cimenteries, où ils remplacent pour partie les énergies fossiles.
« Mais alors ils ne produisent pas d’électricité, et les normes de rejet de polluants dans l’atmosphère sont à vérifier de près. S’il existe peu d’unités de combustion spécifiques pour pneus usagés, c’est qu’elles ne sont pas rentables », explique Grégoire Jovicic.
Lui aurait trouvé la parade : « J’applique des procédés de traitement des minerais pour extraire l’oxyde de zinc et le cobalt des cendres issues de la combustion. Un procédé existe déjà, mais je conduis des programmes de recherche avec des laboratoires français, marocain et sud-africain pour le perfectionner. L’oxyde de zinc se revend 17 000 $/t, le cobalt 47 000 $/t.  »

Ingénieur UTC diplômé en 1982, Grégoire Jovicic a participé à la création du BDE avant de suivre un MBA à l’EM Lyon. Sa carrière fut couronnée par le poste de directeur des affaires internationales de la division Énergie et Environnement de Charbonnages de France Ingénierie.
Pour les pneus, il a trois projets, dont les plus avancés sont ceux de Strasbourg et de Polgár, en Hongrie. Le premier consiste à brûler 11 000 t/an de pneus dans une unité de cogénération de 31 MW électriques, à concevoir – soit un projet de 156 millions d’euros. En Hongrie, il s’agit de reprendre une centrale en dépôt de bilan, pour y brûler 23 000 tonnes de pneus, dont les cendres seront traitées en France.
Reste à trouver le nerf de la guerre : Grégoire Jovicic lance une offre de souscription pour lever 78 millions d’euros. Il négocie aussi les contrats d’approvisionnement de pneus usagés avec des acteurs français, luxembourgeois, belges et allemands.

pneutech.fr

www.utc.fr/formations-enseignements/genie-procedes.php