Dossier

Spécial : Ces thèses qui changent la vie

Les docteurs sont aujourd’hui reconnus pour apporter à l’entreprise des compétences d’innovation certaines. L’ UTC a choisi de présenter en format textes, vidéos et photos humoristiques des thèses qui ont donné des applications très bénéfiques à notre vie quotidienne. Entreprises, que ces thèses vous inspirent pour donner votre confiance aux docteurs comme les recruteurs le font partout dans le monde !

Spécial : Ces thèses qui changent la vie

Réseaux de capteurs pour la supervision des systèmes critiques

A l’issue de ses études d’ingénieur en informatique, Abdelkrim Hadjidj se lance dans un Master Recherche, « pour voir ». A l’issue de 6 mois de stage dans une start up parisienne, il décide d’approfondir ses connaissances et cherche un laboratoire pour effectuer une thèse en informatique et médecine. Les projets du laboratoire Heudiasyc l’attirent : en 2009, il démarre sa thèse sur les « réseaux de capteurs pour la supervision des systèmes critiques ». Derrière ce titre se cache une des voies d’avenir de la médecine.

« Nous nous sommes penchés sur la possibilité pour des patients de porter sur eux des capteurs intelligents » explique-t-il. Rythme cardiaque pour suivre la respiration, vitesse des bras pour détecter des chutes…le système, léger, relève les informations en continu et les transmet, sans fil, à un centre de supervision. « En cas de problème, le centre de supervision peut appeler les pompiers ou suggérer un changement de traitement ». Cette technologie n’est pas nouvelle mais elle se heurte à plusieurs défis techniques pour se développer. « La contrainte d’autonomie est forte pour que le patient n’ait pas à aller charger sa batterie trop souvent, détaille Abdelkrim Hadjidj. Il faut également que le système soit fiable afin qu’en cas de panne d’un des capteurs le reste du système fonctionne. Enfin, il faut garantir la sécurité et la protection des données émises ».

Grâce à la création d’un protocole de communication utilisant le cloud computing, Abdelkrim Hadjidj a proposé un système plus fiable et une plus grande qualité de service. Un démonstrateur a été équipé de ce système pour être testé. Des laboratoires de l’UTC (BMBI, Roberval, …) ont monté un projet interdisciplinaire autour de la rééducation fonctionnelle. « Les capteurs enregistraient la vitesse, l’accélération et l’orientation des gestes du patient pendant sa rééducation ». L’ensemble des données était collecté en toute sécurité grâce au protocole d’Abdelkrim Hadjidj sur un Smartphone.

En 2012, à l’issue de sa thèse, Abdelkrim Hadjidj a été recruté comme chef de projet par une SSII évoluant notamment dans le domaine de l’e-santé. Puis il a décidé de lancer sa propre start-up et développe aujourd’hui des logiciels de traitement d’images médicales.