Articles

i-doc : du doctorat à l’entreprise

Un dispositif propre à l’UTC voit la thèse comme un véritable projet professionnel directement valorisable auprès des entreprises, offrant ainsi une meilleure insertion professionnelle des doctorants.

i-doc : du doctorat à l’entreprise

Essentielle pour le fonctionnement des laboratoires, la recherche doctorale doit se penser comme une formation pouvant aboutir autant à la recherche publique et privée qu’à une activité professionnelle opérationnelle. « Il faut donc ouvrir le monde des laboratoires et de la recherche sur ces perspectives pour que le passage par le laboratoire et la recherche soit pour les doctorants un début réussi de leur vie professionnelle » souligne Chantal Pérot, directrice de l’école doctorale de l’UTC. À ce titre, i-doc, programme optionnel propre à la formation doctorale de l’UTC depuis 2007, aide les doctorants à situer leur travail scientifique de thèse dans un contexte socio-économique, en leur permettant d’aborder, dès le début de leur thèse, les problématiques actuelles des métiers de la recherche, du développement et de l’innovation. Entouré de son directeur de thèse, qui assure le suivi scientifique de son projet de recherche, et d’un accompagnateur UTC, présent comme appui à la gestion de projet et à la communication du travail de thèse, le doctorant UTC se voit également aidé d’un accompagnateur entreprise.

Trois questions à Guilain Cabannes, i-docien aujourd’hui chef de projet R&D.

Comment envisagiez-vous, au début de votre doctorat, un travail de thèse ?

De formation ingénieur généraliste et ayant des connaissances en gestion de projet, j’envisageais d’abord la thèse comme un premier projet professionnel. Il s’agissait pour moi à la fois d’une dernière étape dans ma formation initiale, et d’un premier segment d’une carrière professionnelle. I-doc me fournissait donc un cadre et des moyens, tant humains que matériels, pour construire ma thèse sous la forme d’un projet.

En quoi ce programme facilite-t-il l’insertion professionnelle des doctorants ?

Actuellement en entreprise, je peux confirmer à quel point ce dispositif constitue un premier contact avec ce qui se fait en entreprise. Tout ce que j’ai pu être amené à voir ou pratiquer à travers i-doc est une réalité après la thèse : utiliser des outils de planification, formuler des démarches et les respecter, communiquer ses travaux,… Contrairement à d’autres doctorants qui n’auraient pas cette pratique, je pense qu’i-doc offre un panorama de ce qui est très rapidement exigé en entreprise.

Quel est, pour vous, le rôle de l’accompagnateur-entreprise ?

Il occupe un rôle clé. Il permet d’abord de s’extraire du monde académique pour se confronter au monde de l’entreprise et à ses problématiques. En ce sens, il a été un révélateur de mon travail d’un point de vue industriel. Il m’a ensuite permis de présenter mes travaux de thèse devant un panel d’experts de sa société, de rencontrer des interlocuteurs issus du monde industriel, avec lesquels je suis d’ailleurs amené à travailler aujourd’hui.