Articles

Napoléon III "féru de technologies"

Faire se rencontrer de manière originale les arts et la technologie. Telle était une nouvelle fois l’ambition d’Épatez la Galerie.

Napoléon III "féru de technologies"

Dédiée à la période du Second Empire, la 4ème édition d’Épatez la Galerie, s’inscrivant dans les orientations actuelles du Ministère de la Culture à l’attention des jeunes publics, réunissait à nouveau les étudiants de l’UTC et de l’École du Louvre autour d’un même objectif, « celui de proposer un double discours à la fois artistique et technologique, en commentant les œuvres et réalisations du second Empire, tout en les reliant aux mutations technologiques qui ont pu marquer cette période de leurs empreintes » explique Emmanuel Starcky, directeur des musées nationaux et du domaine des châteaux de Compiègne.

Le second Empire regorge en effet à la fois d’innovations artistiques, mais également technologiques. « Le second Empire est une période pendant laquelle l’enthousiasme par rapport à la notion de progrès technologique est manifeste » confesse Caroline Gaillard, chef du service du Développement Culturel du palais de Compiègne." Or, pour comprendre une époque, on ne peut séparer l’art de la science, de la politique ou même de la religion, qui forment un tout ! ». Placés le long du parcours de visite, les étudiants de l’UTC et de l’École du Louvre se sont ainsi retrouvés pour s’approprier les œuvres, les faire vivre, les expliquer, à leurs manières, avec leurs sensibilités respectives. « Une manière originale, pour Charles Lenay, directeur de recherche à l’UTC, de repenser le lien entre l’art et les technologies, en se replongeant dans l’Histoire et donner ainsi du sens au présent pour construire et inventer l’avenir technologique ».

Trois questions à Félix Gilbert, étudiant à l’UTC et guide pour "Épatez la Galerie 2012"

Napoléon III était-il vraiment féru de technologies ?

On peut le penser effectivement. Mais plus globalement, c’est tout le second Empire qui constitue une période riche en innovations technologiques. Et le Palais Impérial de Compiègne n’y fait bien évidemment pas exception. C’est également au cours de cette période que sont par exemple imaginées les expositions universelles.

Quelles innovations technologiques peut-on voir au sein du Palais Impérial de Compiègne ?

Le système d’éclairage en premier lieu. Si les couloirs et les escaliers du château de Compiègne sont majoritairement équipés de modèles à huile "simples", les chambres et bureaux de la résidence bénéficient des toutes dernières innovations dans ce domaine. Napoléon III a ainsi demandé la mise en place de lampes Carcel, comportant un mouvement d’horlogerie et un système de pompage alimentant la mèche en huile, et ce de manière continue et automatique. Plus capricieuses et onéreuses, ces lampes avaient l’avantage d’offrir une lumière bien plus constante.

Les innovations touchent jusqu’à l’argenterie de l’empereur ?

Tout à fait. L’électrolyse va effectivement bouleverser les usages en favorisant la production massive d’objets de luxe jusqu’à alors réservés à une élite aristocratique. Soucieux d’économie et de modernité, Napoléon III opta donc pour partie pour une vaisselle de métal commun, argentée selon un procédé électrolytique à l’orfèvrerie massive traditionnelle.