Articles

Les "credo" de deux capitaines d’industries

Philippe Tillous-Borde et Henri Lachmann parrainaient cette année la remise des diplômes UTC. Une promotion 2011 qui coïncidait avec la 1ère promotion d’ingénieur par apprentissage en génie mécanique.

Les "credo" de deux capitaines d’industries

Près de 800 diplômés ont eu cette année le privilège de compter deux parrains de choix issus du monde de l’entreprise. Le premier, Philippe Tillous-Borde, directeur général de Sofiprotéol, et président du groupe Lesieur, est récemment devenu un partenaire privilégié de l’UTC dans la mise en place du projet Picardie Innovations Végétales Enseignements et Recherches Technologiques (PIVERT), seul IEED (Institut d’excellence en matière d’énergies décarbonées) à l’échelle du territoire dédié à la chimie du végétal.

« Le projet PIVERT figure comme un dossier clé pour l’ensemble du groupe Sofiprotéol, a-t-il rappelé. À ce titre, Compiègne et l’UTC pourront prétendre demain à être le centre de gravité de la recherche européenne en chimie verte ». Le directeur général de Sofiprotéol en a également profité pour féliciter l’ensemble des diplômés et leur rappeler de toujours savoir « conduire sa folie en équilibre de son activité professionnelle ».

Le second capitaine d’industrie et parrain de la promotion 2011 était Henri Lachmann, président du conseil de surveillance de Schneider Electric et vice-président de l’Institut Montaigne. Il a notamment été chargé en 2005 de valoriser et promouvoir l’apprentissage auprès des entreprises du CAC 40 et du secteur public. Une mission que lui confiait Jean-Louis Borloo, alors ministre de l’emploi, de la cohésion sociale et du logement. « L’apprentissage constitue de plus en plus une alternative à la formation des ingénieurs, en développant particulièrement leur savoir-être et surtout leur savoir-faire au contact de l’entreprise » a-t-il déclaré à la première promotion par apprentissage de l’UTC.

Les 3èmes Rencontres de l’apprentissage, qui avaient lieu fin août à l’UTC, montraient d’ailleurs l’intérêt croissant des industriels (Chanel, St-Gobain, SNECMA, PSA, EDF, Air France…) pour ce dispositif de formation d’ingénieur mis en place en 2008, et qui a pour mission d’être un laboratoire d’innovation pédagogique pour l’UTC.

« L’UTC, par sa proximité avec le tissu industriel, connait en effet les problématiques des entreprises et s’efforce donc au quotidien de faire évoluer sa formation pour préparer au mieux ses étudiants au monde de l’industrie » soulignait Valérie Moreau, responsable de l’apprentissage à l’UTC. En véritable capitaine d’industrie, Henri Lachmann faisait enfin partager son crédo à l’ensemble de la promotion 2011 : « Entre faire quelque chose et devenir quelqu’un, il vaut toujours mieux faire quelque chose ! »