Articles

Le festival Les Composites, une opportunité de rencontre entre art et technologie

Original et ouvert aux dialogues, le Festival Les Composites (http://www.espacejeanlegendre.com/iso_album/ejl_lescomposites16prog.jpg) s’est tenu du 1er au 31 mars 2016 à l’Espace Jean Legendre de Compiègne. Une occasion de s’émerveiller et de réfléchir sur les liens entre techniques, sciences et arts.

Le festival Les Composites, une opportunité de rencontre entre art et technologie

Insolite, innovant, curieux et moderne, la 19e édition du Festival Les Composites s’est tenue du 1er au 31 mars 2016 à l’Espace Jean Legendre de Compiègne. Qualifié de « festival hors du commun qui bouge vos perceptions et votre vision de la scène » et entièrement dédié au dialogue entre arts de la scène, arts plastiques et arts numériques, cet événement constitue aussi l’opportunité d’une rencontre entre artistes et scientifiques. Et cette année, les chercheurs de l’UTC se sont directement impliqués pour proposer quelques objets insolites dans l’espace des expositions et participer aux rencontres thématiques.

 

Si la pièce centrale de l’espace des expositions est une expérience immersive dans une reconstitution numérique en 3D de la grotte Chauvet, Serge Bouchardon, directeur du laboratoire COSTECH à l’UTC et chercheur en sciences de l’information et de la communication, propose quelques dispositifs insolites et non moins poétiques. Le Typomatic n’est pas le nouveau nom officiel pour désigner un cyber-café, mais une mystérieuse cabine ressemblant à un photomaton où le passant peut rentrer pour une petite pause poésie. Conçue par Pierre Fourny, directeur de la compagnie ALIS en résidence à l’UTC, la cabine joue avec la forme des lettres de l’alphabet afin de transformer mots et phrases et aboutir à des créations poétiques originales et surréalistes. Le visiteur peut bien entendu imprimer son œuvre et repartir avec.

 

Serge Bouchardon expose encore deux de ses créations numériques. DEPRISE (http://deprise.fr), réalisé en collaboration avec Vincent Volckaert, ingénieur UTC, joue sur la prise et la perte de contrôle du participant en lui faisant parcourir une histoire où ses gestes et actions déforment sons et textes affichés. Cette création a été récompensée par le New Media Writing Prize en 2011. DETRACE joue sur la tension que chacun éprouve entre la volonté de laisser des traces numériques et celle de les effacer (http://i-trace.fr/detrace). L’œuvre a été réalisée en collaboration avec des élèves-ingénieurs de l’UTC, Clément Routier, Antoine Aufrechter et Elsa Chaudet.

 

En plus des spectacles et des expositions, le festival invite le public à des rencontres auxquelles participent chercheurs et acteurs du monde artistique et scientifique. Parmi les invités se retrouve Clément Mabi, spécialiste en ingénierie de la concertation, controverses socio-techniques et gouvernance de l’internet au laboratoire COSTECH qui participe à une thématique Artistes-scientifiques-publics : partager l’innovation. Nicolas Dauchez, Chercheur dans l’équipe Acoustique et Vibrations du laboratoire Roberval a lui participé à une autre rencontre, intitulée La 3D s’empare de la musique