Dossier

27 : Numérique, art, technologie à l'UTC

27 : Numérique, art, technologie à l'UTC

Une soirée pour rapprocher arts et technologies au palais de Compiègne

« L’objectif était d’accompagner la gratuité dans les musées nationaux pour les moins de 26 ans.

Il nous a semblé intéressant de créer un événement qui permette à ces jeunes de s’approprier le château », retrace Caroline Gaillard, chef du service du développement culturel des Musées et domaine nationaux du château de Compiègne. Elle se tourne alors vers l’UTC et l’École du Louvre, persuadée que la conjugaison de leurs regards sur les collections pouvait en éclairer les multiples facettes, et crée un événement unique. Le temps d’une soirée, ces étudiants guident les visiteurs dans les salles du palais impérial. L’entrée est gratuite, et la visite de nuit vaut le détour. « Depuis le succès de la première édition, en 2009, nous renouvelons cet événement tous les ans, autour d’un thème différent », se félicite Caroline Gaillard. Certaines associations de l’UTC contribuent à la réussite de cette soirée : l’orchestre de l’UTC, Stravaganza, accompagne en musique les déambulations dans le palais, l’association Orion a proposé une initiation à l’astronomie, etc. Mais ce sont les binômes d’étudiants UTC et École du Louvre qui font de cet événement un moment à part. « Tous les ans, une vingtaine d’étudiants se montrent intéressés par le projet. Nous leur proposons un week-end de formation, au cours duquel nous leur présentons le thème de l’édition, et les différents « points de parole » qui l’illustreront dans le palais. Chaque binôme choisit un point de parole et prépare le discours qu’il délivrera ensuite aux visiteurs. Arts et technologies, les deux approches sont légitimes et complémentaires, offrant une visite très riche pour les visiteurs. »

 

L’œuvre : une « alchimie » entre la technique et l’art

Nadège Fiard, étudiante en génie des systèmes urbains à l’UTC, a participé à la première édition. « Cet événement m’avait tellement plu que nous avons réfléchi, avec Caroline Gaillard, à la façon de pérenniser et d’approfondir les liens entre le château et l’UTC », explique celle qui a donc créé l’association Cultur’Acte. Objectif : recruter des apprentis-guides, pour « Épatez la galerie » mais aussi pour animer le château le premier dimanche de chaque mois, jour de gratuité. Pour Nadège Fiard, qui a participé à trois éditions, ce fut l’opportunité de découvrir l’offre culturelle de Compiègne et de se faire des amis en dehors de l’UTC. « Les rapports entre arts et technologies ne sont pas toujours évidents à aborder. Il faut trouver des liens pour ‘‘Épatez la galerie’’, mais aussi en profiter pour sortir de l’univers de l’ingénieur et découvrir d’autres regards, d’autres sensibilités. » Ancien étudiant à l’École du Louvre, Robert Blaizeau a lui aussi participé à trois éditions. Également conquis par ce lieu, il a créé l’association des Jeunes amis du palais de Compiègne. Il confirme : « Je présentais les aspects artistiques d’un salon du palais et mon binôme, de l’UTC, y détaillait les techniques de mise en œuvre du décor. Cette complémentarité est très intéressante car la création d’une œuvre d’art, quelle qu’elle soit, fait nécessairement appel à la technique. Une œuvre est le fruit de cette alchimie invisible et fascinante entre l’art et la technique, qui se nourrissent l’un de l’autre. »

 

Édition 2014 : « Les coulisses de la vie de château »

Pour le château, cette soirée est une fête : c’est l’une des rares fois où ce lieu est investi par des jeunes, dans une ambiance festive, enthousiaste, informelle et conviviale. Caroline Gaillard en est ravie : « Les étudiants se sentent rapidement chez eux, ce qui est formidable. Au cours de la soirée, les guides éprouvent une certaine fierté à transmettre ce patrimoine, et nos équipes apprécient énormément ce moment privilégié de réinterprétation du site. Pour les visiteurs, c’est l’occasion d’une découverte du palais hors des sentiers battus. » Cette année, le 23 avril, « Épatez la galerie » dévoilera aux visiteurs les pièces qui leur sont habituellement interdites – les couloirs de service, les salles de bains, etc. –, le temps d’une découverte des « coulisses de la vie de château », thème retenu pour l’édition 2014. Nadège Fiard et Robert Blaizeau invitent à ne pas manquer cette soirée. « Chaque année, c’est une invitation au rêve ! Joyau méconnu, le château vit réellement, comme au temps de l’empereur. » Son association sera présente le 23 avril, pour créer une dynamique de jeunes autour du palais. Nadège Fiard, aujourd’hui en double diplôme en Allemagne, lance de son côté un appel à candidatures pour reprendre l’association Cultur’Acte et maintenir les liens entre l’UTC et le château. Avis aux amateurs !