Articles

Une chaire appliquée à la toxicologie prédictive

Accompagner les entreprises dans la mise en oeuvre de la règlementation européenne REACH. L’UTC répond à cette demande avec la création d’une chaire d’enseignement et de recherche, pour capitaliser les savoir-faire de métiers en émergence.

Une chaire appliquée à la toxicologie prédictive

Il y a trois ans, était créée à l'UTC une première chaire thématique. L'industrie de l'hydraulique s'inquiétait alors de la formation de ses experts, notamment en électronique, mécanique, tribologie, métallurgie ou automatisme. Dans un tout autre domaine, l'UTC crée aujourd'hui, en partenariat avec l'Institut National de l'Environnement Industriel et des Risques (INERIS) une chaire d'enseignement et de recherche sur le thème de la modélisation mathématique et de la biologie systémique appliquées à la toxicologie prédictive. " Imaginée dans le cadre de la Fondation UTC pour l'Innovation et du Pôle national applicatif en écotoxicologie prédictive, cette chaire vient d'abord accompagner les entreprises dans la mise en œuvre de la règlementation européenne REACH, explique Frédéric Bois, titulaire de la chaire. Cette réglementation rendra, à compter du 1er décembre 2010, les industriels de la chimie, de la cosmétologie ou encore de la pharmacie, directement responsables de l'évaluation et de la gestion des risques présentés par les substances chimiques, ainsi que de l'information de leurs utilisateurs en matière de sécurité ". Plusieurs cursus de formation (ingénieur, master, docteur) vont ainsi être spécifiquement développés au sein de cette chaire, dans le domaine de la prédiction et de l'évaluation de la toxicité des produits chimiques, polluants et plus généralement "stresseurs" de l'environnement (chaleur, radiations, bruit...), pour in fine " proposer des alternatives aux expérimentations animales " souligne Cécile Legallais, directrice de recherches au sein du laboratoire BMBI* de l'UTC. Mécaniciens, électroniciens, informaticiens, physiologistes, biologistes et médecins collaborent d'ailleurs déjà au sein de cette unité mixte de recherche dans la mise au point d'un dispositif cellulaire original destiné à réduire les expérimentations animales dans le test des substances pharmaceutiques ou toxiques : les bio-puces à cellules.

* Biomécanique et bioingénierie, UMR 6600